Maggie the Cat

    04/09  | 19:30
    05/09  | 15:00
    05/09  | 19:30

€ 20 / € 17
1h

En raison du classement de la Belgique en zone rouge par le Royaume-Uni, la compagnie de Trajal Harrell ne peut malheureusement pas assurer ses dates à Bruxelles. Les personnes ayant acheté un ticket seront recontactées et remboursées.

Danse contemporaine, voguing, butoh japonais, théâtre grec ancien, art de la performance – le chorégraphe américain Trajal Harrell évoque son vocabulaire élégant et subtil à partir de l'influence d'un large éventail de genres. Maggie The Cat de Harrell s'inspire de Maggie, le personnage central, troublé mais dur, de La Chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams. Harrell en déplace la perspective de la riche famille blanche vers les serviteurs afro-américains. Pour le spectacle, il a créé un intérieur qui traverse la cuisine et le salon, la chambre et la véranda, révélant et déconstruisant simultanément à travers la danse et le voguing le tissu social d'une société ségréguée, et en célébrant le Sud américain dont il est originaire. La bande sonore où se mêle les échos d’une virée nocturne et festive est autant à sa place dans une boîte de nuit qu'au théâtre. Après son solo très acclamé Dancer of the Year qu'il a présenté l'année dernière au festival, il revient à Bruxelles pour partager une chorégraphie composée à partir de draps, d’oreillers et de meubles. Comme s'il avait été enfermé dans un appartement pendant trois mois avec les interprètes et qu'en avait jaillit cette performance. Une déclaration joyeuse sur les frontières invisibles dans les foyers des gens et une histoire qui nous fait voyager dans les espaces cachés d'un classique canonique.

Présentation : Kunstenfestivaldesarts-Les Halles de Schaerbeek

Mise en scène, chorégraphie, costumes, scénographie et conception sonore : Trajal Harrell
Scénographie : Erik Flatmo
Création lumières : Stéfane Perraud
Dramaturgie : Katinka Deecke
Danseu·r·ses : Trajal Harrell, Helan Boyd Auerbach, Perle Palombe, Rob Fordeyn, Vânia Doutel Vaz, Nasheeka Nedsreal, Christopher Matthew, Tiran Normanson, Songhay Toldon, Ondrej Vidlar

Producteur : Axel Satgé
Costumière : Sally Heard
Chargés de production : Steve Wald et Paul Moore
Technicien lumières : Andrew Wynne
Technicien son : Melvin Coote                                       

Une production du Manchester International Festival

Maggie the Cat fait partie de la trilogie Porca Miseria, commandée par : Manchester International Festival, Schauspielhaus Zürich, ONASSIS STEGI, Kampnagel (Hamburg), Holland Festival, the Barbican and Dance Umbrella, NYU Skirball, Berliner Festspiele et The Arts Centre du NYU Abu Dhabi

Maggie the Cat a été présenté en première au Manchester International Festival en juillet 2019

Back to top

Trajal Harrell (né à Douglas, USA, en 1973) s’est fait connaître du public avec la série d'œuvres Twenty Looks or Paris is Burning at The Judson Church, qui juxtaposait à un niveau théorique la tradition de la danse voguing avec la tradition de la danse postmoderne des débuts. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des plus importants chorégraphes de sa génération. En 2016, il a achevé une résidence Annenberg de deux ans au MoMA, où il s'est intéressé à l'œuvre de Tatsumi Hijikata, le  fondateur japonais de la danse butoh. En examinant le butoh à travers le prisme de la théorie de "réalité" du voguing et la danse moderne à travers celui du butoh, Harrell a créé un certain nombre d'œuvres qui combinent une vision spéculative de l'histoire et des archives, avec la pratique et la composition de la danse contemporaine. Parmi ses pièces, citons Used Abused and Hung Out to Dry (2013), The Ghost of Montpellier Meets the Samurai (2015), The Return of La Argentina (2016), In the Mood for Frankie (2016), Caen Amour (2016), Juliet and Romeo (2017) et Morning in Byzantium (2018). Plus récemment, il a créé un ensemble de pièces destinées aux musées et aux galeries, dont Okidoki (2018), Everything Not In It's Right Place II (2018) et Everything Not in It's Right Place (2018).

Back to top