C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Frie Leysen aujourd’hui. Les mots ne suffisent pas pour exprimer ce que Frie signifiait pour le monde artistique et pour le Kunstenfestivaldesarts. Elle a profondément marqué le secteur culturel et a inspiré nombre de ses collègues ainsi que la génération suivante. Elle laisse aujourd'hui un vide gigantesque dans les arts du spectacle, le monde du théâtre n'aurait pas été le même aujourd'hui sans sa contribution, et il n'en sera pas de même sans elle.

Frie nous a appris la valeur du risque : il ne s’agit pas de créer des projets artistiques qui plaisent ou qui soient conformes à une certaine norme ; il faut qu’ils soient risqués, qu’ils questionnent nos certitudes, qu’ils nous mettent même parfois mal à l’aise. Ce faisant, elle ne se laissait pas mettre sur la défensive mais elle défendait les artistes avec passion. Force généreuse, elle ne mâchait pas ses mots et n’avait pas peur de nommer les choses telles qu’elles sont. 

Frie a développé et transmis la façon de regarder la création internationale, sans jamais tomber dans l’exotisme, et en respectant toujours la singularité de chaque artiste. Elle comparait les artistes à des antennes qui nous aident à appréhender la complexité du monde : "je veux voir le monde à travers les yeux de cent personnes, et peut-être qu’alors, je comprendrai quelque chose du monde."

Frie croyait au potentiel politique de la création artistique et au rôle fédérateur des institutions culturelles. En 1994, elle imaginait l’impossible et créait le Kunstenfestivaldesarts, rassemblant le secteur culturel francophone et néerlandophone dans un festival international à Bruxelles. Frie était un exemple pour nous tou·te·s, ici et à l’étranger : elle rendait possible l’inimaginable grâce à son énergie sans faille, sa vitalité et son esprit aiguisé. 

Frie se décrivait elle-même comme un trait d’union. Entre les artistes qui éprouvent l’urgence de partager leur vision et le public ; un trait d’union entre des contextes artistiques et géographiques ; un trait d’union dans la ville ; un trait d’union qui rassemble les gens. Cette métaphore qu’elle utilisait traduit parfaitement son caractère humble mais aussi la nécessité de sa présence. Frie, tu nous manques déjà.

Sophie Alexandre, Daniel Blanga Gubbay & Dries Douibi

Bruxelles, 22 septembre 2020