Workshop Alternatives sorcières

    15/05 - 19/05  | 10:00 - 18:00
    20/05  | 15:00 - 18:00

€ 30
FR / EN

Performance publique le 20/05 – 18:00
Pour étudiants en art, étudiants en anthropologie, les gens qui se sentent liés à la figure contemporaine de la sorcière
Régistration flore@kfda.be / 02 226 45 91 avant 16/04, envoyez un CV + une courte lettre de motivation qui décrit votre intérêt pour le workshop. (Nombre de places limité + présence indispensable les 6 jours.)

Ces cinq dernières années, la sorcière a fait un retour remarqué dans l’imaginaire militant, en particulier dans les milieux féministes, queers et écologistes. Elle réapparait notamment en réaction au climat de répression continue desdits «droits de l’Homme » et en faveur de pratiques plus éthiques et moins individualistes, orientées vers le bien-être et la justice sociale. Prise sous le prisme des enjeux contemporains, la sorcière incarne l’alternative, d’autres manières de vivre, d’apprendre, d’appréhender le monde. La chorégraphe Latifa Laâbissi et la curatrice Anna Colin proposent une exploration physique et théorique de cette figure mystérieuse et puissante. A travers une plongée dans l’univers imaginaire et documentaire de la sorcellerie – textes théoriques, fictionnels, reconstitutions, pratiques corporelles, et réflexions philosophiques et anthropologiques –, les deux artistes cherchent à créer un moment de transmission de savoirs, rationnels et irrationnels. Le workshop réunira pendant une période intensive de six jours un groupe d’une quinzaine de personnes, et s’achèvera par une présentation publique ouverte à tous.

À voir aussi
Latifa Laâbissi, Anna Colin & Paul Maheke – W.I.T.C.H.E.S Constellation

En collaboration avec
Charleroi danse – Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Back to top

Latifa Laâbissi est chorégraphe et danseuse. Mêlant les genres, redéfinissant les formats, les créations de Latifa Laâbissi font entrer sur scène un hors-champ multiple où se découpent des figures et des voix. La mise en jeu de la voix et du visage comme véhicule d’états minoritaires devient indissociable de l’acte dansé dans Self portrait camouflage (2006) et Loredreamsong (2010). Poursuivant sa réflexion autour de l’archive, elle crée Écran somnambule et La part du rite (2012) autour de la danse allemande des années 1920. Sa dernière création, Pourvu qu’on ait l’ivresse (2016), co-signée avec la scénographe Nadia Lauro, produit des visions, des paysages, des images où se côtoient l’excès, le monstrueux, le beau, l’aléatoire, le comique et l’effroi. Depuis 2011, Latifa Laâbissi assure la direction artistique d’Extension Sauvage, programme artistique et pédagogique en milieu rural (Bretagne). En 2016, une monographie sur l’ensemble de son travail est parue aux éditions Les Laboratoires d’Aubervilliers et Les presses du réel. Jusqu’en 2019, Latifa Laâbissi est artiste associée au CCN2 – Centre chorégraphique national de Grenoble et au Triangle – scène conventionnée danse de Rennes.

Anna Colin est commissaire d'exposition, éducatrice et chercheuse. Elle a cofondé et co-dirige aujourd'hui Open School East à Margate (Royaume-Uni), elle est curatrice associée à Lafayette Anticipations - Fondation d'entreprise Galeries Lafayette à Paris et doctorante à la School of Geography de l’Université de Nottingham où elle mène des recherches trans-historiques et géographiques sur les espaces pédagogiques et socioculturels dits alternatifs. Anna Colin était co-commissaire, avec Lydia Yee, de l'exposition itinérante British Art Show 8 (Leeds, Édimbourg, Norwich et Southampton) en 2015-16. Auparavant, elle a été directrice associée à Bétonsalon - Centre d’art et de recherche, Paris (2011-12), commissaire associée à La Maison populaire, Montreuil (2012) et commissaire d'exposition à Gasworks, Londres (2007-10).

Back to top