Salon Proust

Koninklijke Vlaamse Schouwburg / De Bottelarij

10/05 > 22:00
11/05 > 17:00
Fr & Nl

Trois spectacles « Proust » pour un voyage théâtral dans son oeuvre-fleuve, A la recherche du temps perdu.

En amont de ces scènes, le festival vous propose un Salon proustien. Non pas celui, mondain, des Verdurin, plutôt une chambre d'écoute multimédia pour musarder dans les pages de la Recherche : la lecture de fragments proustiens y génère la création vidéo d'images réminiscentes et de musique électronique radicalement contemporaine. Une soirée apéritive et informelle, sur sofas avec champagne, concoctée par Jeroen et Fleur Olyslaegers (Glamor is Undead), suivie d'un « after-salon » avec DJ Zebra.

Musique:

Eavesdropper & Daiphlux (10/05), Sen Jan & Styrofoam (11/05)

Espace sonore:

Cortechsvalley

Vidéo:

Stefan Franck

After-salon:

DJ Zebra

Acteurs:

Kristien Deproost & Olivier Ythier (10/05), Grace Ellen Barkey & Brigitte Dedry (11/05)

Production:

Glamor is Undead & KunstenFESTIVALdesArts

Avec le soutien de:

KVS/de bottelarij

Back to top

Glamor Is Undead, Het KunstenFestivalDesArts & KVS/de bottelarij présentent:

Salon Proust

2 sélections de textes de l'œuvre de Proust, une immersion dans 'A la recherche du temps perdu'.On ne pouvait imaginer un lieu plus approprié pour un salon « à la Proust »... Non pas type de salon où ses personnages évoluaient avec tant de plaisir, mais une chambre d'écoute multimédiatique. Salon Proust ne cultive pas l'ambition de se jeter goulûment dans l'œuvre de Proust, il privilégie plutôt une forme de hors d'œuvre choisi et équilibré, destiné aux spectateurs et auditeurs qui connaissent à peine cette œuvre fleuve. Certains fragments de texte sont lus en français, d'autres en néerlandais. Samedi, c'est le personnage d'Albertine qui est mis en lumière (amour et souffrance, séparation et retrouvailles, jalousie et euphorie), tandis que dimanche nous ferons connaissance avec Baron de Charlus (et à travers lui avec l'ascension et le déclin d'une culture de salon, les intrigues, les vies secrètes, l'hypocrisie et la sublime arrogance). La partie texte est suivie d'une courte représentation de Daiphlux et de Styrofoam, que relaient DJ Zebra avec de la musique des années vingt et trente.

Une création audiovisuelle où des fragments de textes, des images vidéo et de la musique électronique relient les traces du passé aux sons radicalement contemporains. Boissons et divans à volonté lors de cette soirée informelle.

Back to top