Hurler sous la lune

€ 16 / € 13
1h20
FR > NL

Une histoire est racontée. Au fur et à mesure où elle nous est livrée, on assiste à sa construction et à sa transformation, comme si elle était perçue à travers un prisme hallucinatoire qui permettrait d’en altérer les mots et les images. Ce sont ses recherches à L’L sur la poésie de la beat generation et le travail d’Allen Ginsberg qui ont mené l’artiste bruxellois Mathias Varenne à créer Hurler sous la lune. Fasciné par l’importance de l’oralité et de la narration, il interroge ici l’usage consistant à valider une seule version choisie (l’Histoire avec un H majuscule) au détriment de l’existence d’une multiplicité de versions (des histoires). Influencé par les pratiques de la science-fiction, le projet de Mathias Varenne propose une forme de narration originale. Constitué de texte, de vidéo, de lumière et de son, Hurler sous la lune prend la forme d’un récit progressivement filtré, comme sous l’effet d’une substance chimique ou d’un kaléidoscope. Sa démarche nous rappelle que, enfermé dans ses narrations pragmatiques, notre monde a grand besoin de nouvelles histoires, de nouvelles images et de nouveaux héros.

Auteur, metteur en scène, interprète : Mathias Varenne
Créateur vidéo et lumière, interprète : Damien Petitot
Créatrice sonore, coach vocal, interprète : Myriam Pruvot
Scénographe : Gaëtan Rusquet
Assistante à la mise en scène : Sophie Maillard
Directeur technique : Xavier Meeus
Accompagnement artistique : L’L
Surtitrage : Babel Subtitling   

Présentation : Kunstenfestivaldesarts, L’L
Production : Mothership asbl
Production et diffusion : France Morin/Arts Management Agency
Production exécutive : Kunstenfestivaldesarts
Coproduction : Coop asbl, Festival Actoral (Marseille) / L’L fondation
Soutien : Fédération Wallonie-Bruxelles-Service du Théâtre, Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge
Financement et accompagnement à la recherche : L’L / Structure expérimentale de recherche en arts vivants (de 2013 à 2018)
Merci à : Lucille Calmel, Stéphane Gladyszewski, Christophe Haleb, Iannis Heaulme, Olivier Hespel

Back to top