Hearing

Paleis voor Schone Kunsten / Palais des Beaux-Arts
  • 23/05 | 20:30
  • 24/05 | 20:30
  • 25/05 | 20:30
  • 26/05 | 20:30

€ 16 / € 13
1h 10min
Farsi > NL / FR

Rencontrez les artistes après la représentation du 24/05

Un internat en Iran. On aurait entendu une voix masculine dans le dortoir pour femmes. Une résidente aurait-elle introduit un garçon ? C’est le point de départ de Hearing, le bouleversant nouveau spectacle d’Amir Reza Koohestani. Le metteur en scène nous perd dans un labyrinthe de rumeurs et d’accusations. La parole se double d’un discours parallèle, allusif, et la complexité narrative est encore exacerbée par l’usage d’une caméra qui filme les coulisses de l’action. Produisant un vertige de significations, la répétition et la multiplication des points de vue brouillent la frontière entre réalité et fiction. Le spectre d’une société répressive hante la pièce. Ces femmes aspirent à renverser les conventions asphyxiantes mais elles s’enferment elles-mêmes dans un système oppressif. Comme toujours chez Koohestani, une mise en scène minimale, d’une grande justesse, sert un texte incisif et profondément émouvant. Hearing est une méditation sur l’absence et la menace latente. La vérité éclatera-t-elle au grand jour ?

À voir aussi
Iranian Theatre Today: Another Look
What We Leave Unsaid
A Bit More Every Day – Ham Havâyi

Textes & mise en scène
Amir Reza Koohestani

Assistants à la mise en scène
Mohammad Reza Hosseinzadeh, Mohammad Khaksari

Avec
Mona Ahmadi, Ainaz Azarhoush, Elham Korda, Mahin Sadri

Vidéo
Ali Shirkhodaei

Musique
Ankido Darash, Kasraa Paashaaie

Son
Ankido Darash

Création lumière

Saba Kasmaei

Scénographie
Amir Reza Koohestani & Golnaz Bashiri

Costumes & accessoires
Negar Nemati

Assistance costumes & accessoires
Negar Bagheri

Assistant plateau
Mohammad Reza Najafi

Traductions & sous-titrage
Massoumeh Lahidji

Directeurs de production
Mohammad Reza Hosseinzadeh & Pierre Reis

Administration compagnie & tournées
Pierre Reis

Presentation
Kunstenfestivaldesarts, BOZAR

Production
Mehr Theatre Group

Co-production
BOZAR Centre for Fine Arts (Bruxelles), La Bâtie – Festival de Genève, Künstlerhaus Mousonturm (Francfort)

Spectacle présenté avec le soutien de
ONDA (Office national de diffusion artistique)

Hearing a été écrit pendant une résidence d’artiste à l’Akademie Schloss Solitude à Stuttgart (octobre 2014-mars 2015)

Back to top

Hearing

Comment j’ai trouvé l’inspiration

Mahin me racontait souvent ses souvenirs de dortoir. J’avais moi-même passé une année en dortoir, mais l’expérience semblait très différente chez les filles – même si faire entrer une fille chez les garçons était tout aussi interdit qu’un garçon chez les filles. J’ai donc admis que je devais m’entretenir avec plusieurs personnes ayant vécu cette expérience pour pouvoir décrire de façon précise la vie dans un dortoir pour filles.

Hamed Nejabat, le régisseur de mes spectacles, avait écrit une pièce qui devait se jouer dans un lycée pour filles. La pièce s’appelait Nous quinze et mettait en scène quinze lycéennes qui, ayant obtenu de très bonnes notes à un contrôle de chimie, se voyaient soupçonnées par le professeur d’avoir eu connaissance des questions au préalable et subissaient un interrogatoire de sa part. Ces quinze jeunes filles – contrairement à celles de Hearing – se montraient solidaires et ne se dénonçaient pas.

J’ai lu qu’un tribunal suédois demandait aux demandeurs d’asile de fournir, comme preuve de leur activité politique dans leur pays, des vidéos de leur participation à des manifestations.

Il y a quelque temps, en revoyant Devoirs du soir de Kiarostami pour la deuxième ou la troisième fois, j’ai trouvé très étrange la réaction de ces gamins qui face aux questions simples du cinéaste, telles que « Qu’est-ce qu’un encouragement ? » ou bien « As-tu fait tes devoirs ? », paraissaient hébétés et fixaient le plafond ou la caméra bouche bée. Je ne veux pas préjuger de la santé mentale de ces gamins, mais il est évident qu’aujourd’hui, si, à la seule idée de se retrouver enfermé dans une salle avec une équipe de tournage, un enfant était assez terrorisé pour se mettre à pleurer et à demander de partir ou que la porte soit laissée ouverte, on l’emmènerait consulter un psychiatre ou un thérapeute. Or à l’époque, en pleine guerre Iran-Irak, le seul souci de tout un chacun était de survivre et de résister aux bombardements perpétuels de l’armée de Saddam Hussein. Et seul un Kiarostami pouvait alors songer au bien-être mental et psychologique des plus jeunes. J’ai appris par la suite que, parmi ces enfants, il y avait Bahman, le fils de Kiarostami. Et je me suis rappelé que lors de notre première rencontre, dès qu’il a su que j’étais né en 1978, le cinéaste m’avait fait remarquer que j’avais le même âge que son fils. Ces gamins pouvaient donc aussi bien me représenter, moi. Je devais sans doute être comme eux – si ce n’est pire. Comment, en ayant été un enfant si perdu et désemparé, pouvais-je me retrouver à présent dans la posture d’un intellectuel ayant son mot à dire sur l’état de son pays et du monde ? C’est en m’inspirant de Devoirs du soir que j’ai tenté de voir derrière la Samaneh adulte, l’adolescente terrorisée qui tripote sans arrêt son foulard.

Comment j’ai écrit la pièce

Il m’a fallu beaucoup plus de temps pour bâtir la structure de la pièce que pour en écrire les dialogues. Lors des quelques mois de résidence d’écriture dont j’ai bénéficié à Stuttgart, plutôt que de m’asseoir et d’écrire, j’ai passé mon temps à marcher dans la Forêt-Noire, pour réfléchir à la forme que pouvait revêtir la pièce, dont je ne savais qu’une chose, qu’elle allait porter sur l’« audition » d’une voix masculine dans un dortoir pour filles. Certes, les choses auraient été beaucoup plus simples si tout se déroulait dans la pièce de l’interrogatoire. Les spectateurs seraient sans doute sortis plus contents du spectacle, rassurés d’avoir tout compris et d’avoir vu ce qu’ils aiment : des extrémistes rigides qui persécutent des jeunes filles sans défense pour un acte qu’elles n’ont pas commis. Simple, clair, conforme aux informations diffusées en continu par les chaînes privées ou publiques – Arte y compris. Mais il se trouve que la réalité est autre.

Contrairement à ce que nous imaginons, l’interrogatoire n’est pas mené par un fondamentaliste barbu, mais par une étudiante à qui l’on a confié la clé du dortoir, simplement car elle est légèrement plus âgée. Et elle n’interroge pas les autres en raison de ses propres convictions politiques ou religieuses extrêmes, mais uniquement parce qu’elle a su jusque-là conserver, pour elle-même, un dossier vierge et qu’elle ne veut pas d’ennuis.

Si ce n’était que dans un pays comme l’Iran que les individus avaient à se justifier face à des inspecteurs soupçonneux, nous pourrions nous vautrer dans la certitude que les méthodes et les lois de « ces pays-là » sont à revoir, mais que « nous autres » n’avons rien à nous reprocher. C’est le discours tenu par tous les partis de droite aujourd’hui. Mais en réalité, partout dans le monde, les autorités ne doutant pas de leur légitimité aiment à s’asseoir face à vous et à vous demander de prouver que vous ne mentez pas.

Samaneh a le tort de refuser de témoigner en faveur de Neda au moment nécessaire. Cette dernière se fait expulser de l’université et dix ans plus tard, elle se suicide en Suède car sa demande d’asile a été refusée – et non pas en raison de son exclusion de l’université. La question se pose de savoir quelle est la part de responsabilité de Samaneh dans la mort de Neda. À sa place, nous sentirions-nous coupables ou bien nous en laverions-nous les mains en considérant qu’il y a prescription ? Si tant est que nous partagions la mauvaise conscience de Samaneh, à nous de nous demander aussi pourquoi nous ne l’éprouvons pas vis-à-vis des enfants tués en Irak ou en Syrie par des bombes financées par nos impôts, ou encore vis-à-vis des générations futures à qui nous laissons un environnement passablement dégradé. Quelques like et autres share sur Facebook, quelques pétitions signées dans l’espace virtuel et nos fautes nous semblent pardonnées.

Au retour de ma dernière marche dans la Forêt-Noire, est apparu à mon esprit une ébauche de cet ordre : Tentative de la part de Samaneh, douze ou treize ans plus tard, d’apporter aux questions posées des réponses différentes, dans l’espoir de pouvoir changer le passé.

Suis-je féministe ?

Hearing est ma première pièce qui ne soit pas mixte. Les précédentes ont toujours été le lieu de la confrontation des deux sexes. Six d’entre elles mettent en scène des couples. Et cette fois-ci, exclusivement des personnages féminins. Cela fait-il de moi un féministe ? La réponse est non. Je ne me sens pas en position de m’exprimer sur la condition féminine. Si je le faisais, en tant qu’auteur masculin, je me sentirais comme ces touristes qui se rendent en Inde avec un appareil photo compact, prennent quelques photos de femmes en saris, de vaches, d’hommes accrochés aux trains et aux bus et reviennent. Je n’en sais pas plus sur les problématiques des femmes que ces touristes sur l’Inde. Tout ce que j’aurai pu faire, à travers la présence de quatre comédiennes dans ce spectacle, est de leur demander de m’éclairer sur le degré de proximité de ma vision d’étranger avec la réalité.

Amir Reza Koohestani
Mai 2016

Back to top

Né en 1978 à Chiraz (Iran), Amir Reza Koohestani publie dès l’âge de 16 ans des nouvelles dans les journaux de sa ville natale. Attiré par le cinéma, il suit des cours de réalisation et de prise de vue. Pendant un temps, il joue aux côtés des membres du Mehr Theatre Group avant de se consacrer à l’écriture de ses premières pièces : And The Day Never Came (1999) et The Murmuring Tales (2000). Avec Dance on Glasses (2001), sa troisième pièce, en tournée pendant quatre ans, il acquiert une notoriété internationale. Suivent alors les pièces Recent Experiences (adaptation de la pièce des auteurs canadiens Nadia Ross et Jacob Wren, 2003) ; Amid the Clouds (2005) ; Dry Blood & Fresh Vegetables (2007) ; Quartet: A Journey North (2007) ; Where Were You on January 8th? (2009) et Ivanov (2011), toutes accueillies avec succès à travers le monde. Koohestani répond également aux commandes du Schauspielhaus à Cologne avec Einzelzimmer (2006), et du Nouveau Théâtre de Besançon en participant, avec les metteurs en scène Sylvain Maurice et Oriza Hirata, à la pièce Des Utopies ? (2009). En 2012, le film Modest Reception, dont il co-signe le scénario avec Mani Haghighi – acteur et réalisateur – remporte le Netpac Award au Festival international du film de Berlin. Il crée la pièce The Fourth Wall, adaptation de la pièce originale England de Tim Crouch, présentée cent fois dans une galerie d’art à Téhéran. Pour 2013, le Festival Actoral à Marseille lui commande l’écriture d’une nouvelle pièce, Timeloss (basée sur sa pièce précédente Dance on Glasses). D’octobre 2014 à mars 2015, Amir Reza Koohestani est en résidence à l’Akademie Schloss Solitude, à Stuttgart, où il écrit sa dernière pièce, Hearing. Créée en juillet 2015 au Théâtre de la Ville de Téhéran, celle-ci est depuis jouée en Europe. Par ailleurs, le théâtre d’Oberhausen lui commande l’écriture d’une nouvelle pièce qu’il crée et met en scène, avec des comédiens allemands, en octobre 2015. En Iran, Amir Reza Koohestani et sa compagnie ont reçu les prix de « Meilleure compagnie de théâtre » (2010), « Meilleure pièce de l’année » en 2011 (Ivanov) et en 2013 (The Fourth Wall) et « Deuxième meilleure pièce de l’année » en 2014 (Timeloss).

Amir Reza Koohestani/Mehr Theatre Group au Kunstenfestivaldesarts
2004 : Dance On Glasses
2005 : Amid the Clouds
2008 : Quartet : A Journey North
2010 : Where were you on Jan 8th?
2014 : Timeloss

Back to top