Enter!

M.A.P. Brussels

3/05 > 19:00
4-25/05 > Thursday to Sunday > 13:00-19:00
8.15.22/05 > 19:00 Next Wednesday @ M.A.P.

" ENTER! La piraterie est tout ce qui nous reste. " Le Gantois fétichiste et plasticien de l’image, néo-futuriste et cinéaste, arrive à Bruxelles avec ses manifestations, installation optique et cinéma expérimental. " Nous aimons l’émerveillement, la sensation visuelle, l’impulsion, la soif. On jette une ligne au-dessus du vide, on pirate les futiles objets de l’illusoire union capitaliste ; on viole la non-culture de l’image électronique… En mai, on hissera le pavillon pirate au-dessus de Bruxelles. "

Travail de : Didier Volckaert & Reinhart Cosaert

Production : Elektrischer Schnellseher, KunstenFESTIVALdesArts

Présentation : M.A.P. Brussels, KunstenFESTIVALdesArts

Back to top

Cinéma : la possibilité de créer, grâce à la lumière, une illusion photographique d’une réalité en mouvement.1

D’essence, un genre qui n’a aucune nécessité figurative, narrative ou économique. C’est une image tactile et non une contradiction en termes d’Image >< Langue. C’est une sensation visuelle qui se mêle au concept de Temps. Tout ceci s’oppose avec force aux 115 ans de production dominante de l’histoire du Cinéma, ou mieux : de l’histoire de la naissance du Cinéma, car selon André Bazin théoricien français, le Cinéma était encore à inventer.2 George Lucas, le réalisateur de Star Wars, convertira entre 2003 et 2005 l’industrie du film en projection digitale3, en vidéo : l’illusion de l’image. Le Cinéma va disparaître ou peut-être bien naître. La quête du Cinéma était/est l’ultime imitation de la Camera Obscura, le mouvement naturel de l’image qui se crée quand une lumière passe par un petit trou et pénètre dans une pièce sombre pour y projeter la réalité du monde extérieur. Grâce à l’évolution vers le digital, notre culture occidentale se rapproche donc un peu plus de la représentation de la réalité. Mais le Cinéma n’est pas une pipe.

La piraterie existe depuis 3000 ans et continue encore sur toutes les mers du monde. Le Néo-Futurisme est l’une d’elles.

Les Néo-Futuristes naviguent sur le vide visuel de notre société aveugle. Avec leurs manifestes, ils ont dessiné un parcours qui correspond à la diaspora, partant du centre sans direction, le non et le rien.4 Ils explorent les médias morts, les technologies oubliées, échouées sur les plages des idées positivistes du capitalisme. Pour comprendre réellement la Photographie, le Cinéma et autres systèmes de communication optique entre l’artiste et le spectateur, ils retournent au moment où ils étaient nouveaux, car là réside leur force : dans les qualités qu’ils ont perdues aujourd’hui.5 Mais tout d’abord, le Néo-Futurisme est le résultat de la passion et de la beauté quand le rhum a ramené le temps et l’espace à une expérience individuelle. Le moment où l’on enterre l’or pour retrouver le désir. Le coup que Broodthaers a gagné mais qui a fait perdre la guerre, est aussi l’île sur laquelle nous nous retirons. VIVA!

Quand le Jolly Roger, le pavillon noir avec les crânes et les os croisés est hissé, alors l’opposant sait que la guerre à mort est entamée. La capitulation n’est alors plus de mise.

Didier Volckaert, janvier 2002

1 Wat is Cinema? Opkomst en ondergang van een premature Kunst (Qu’est-ce que le Cinéma ? Grandeur et décadence d’un Art prématuré), 1995, Didier Volckaert

2 The myth of total Cinema (Mythe du cinéma total), in Critique, 1946, André Bazin : “Every new development added to Cinema must, paradoxically, take it nearer and nearer to its origins. In short : Cinema has not yet been invented!” (" Chaque nouveau développement du Cinéma doit paradoxalement le rapprocher de ses origines. En bref : Le cinéma n’a pas encore été inventé ! ")

3 Robin Sabin in The New York Times, 26 november 2000

4 Eerste Neo-Futuristische manifest, 1994

5 D’après le Neo-Futuristische BeeldManifest (Manifeste Néo-Futuriste de l’Image), 1999

Back to top