Empire

KVS_BOL
  • 18/05 | 20:00
  • 19/05 | 20:00
  • 20/05 | 20:00
  • 21/05 | 15:00

€ 25 / € 20
2h
Arab / Kurdish / GR / RO > FR / NL

Rencontrez les artistes après la représentation du 19/05

L’Europe dans le regard de l’étranger et la part d’étranger dans l’Europe. En 2014, Milo Rau débutait sa trilogie européenne au Kunstenfestivaldesarts : à travers les biographies de ses acteurs, The Civil Wars interrogeait ce qui peut pousser de jeunes Européens à s’engager pour le djihad au Moyen-Orient. En 2015, The Dark Ages regardait à l’Est, tressant les expériences de guerre d’acteurs allemands, russes, serbes et bosniaques. Mêlant aussi histoires vécues des interprètes et textes de théâtre, Empire se tourne aujourd’hui vers le Sud. La pièce suit les itinéraires de ces migrants ou réfugiés qui débarquent sur les rives de la mer Égée, et dont les destinées tragiques résonnent avec les mythes de l’ancienne Grèce. Qu’est-ce que ces trajectoires disent de l’Europe d’aujourd’hui, de son passé et de son futur ? Une odyssée naturaliste qui sonde aussi les mécanismes de l’art théâtral lui-même. Magistral.

Concept, textes & mise en scène
Milo Rau

Textes & performance
Ramo Ali, Akillas Karazissis, Rami Khalaf, Maia Morgenstern

Dramaturgie
Stefan Bläske, Mirjam Knapp

Scénographie & costumes
Anton Lukas

Vidéos
Marc Stephan

Musique
Eleni Karaindrou

Création son
Jens Baudisch

Direction technique
Aymrik Pech

Assistante mise en scène
Anna Königshofer

Assistante scénographie & costumes
Sarah Hoemske

Stagiaire mise en scène
Laura Locher

Stagiaire dramaturgie
Marie Roth, Riccardo Raschi

Sous-titres
Mirjam Knapp, IIPM (traduction)

Producteur
Mascha Euchner-Martinez, Eva-Karen Tittmann

Présentation
Kunstenfestivaldesarts, KVS

Production
IIPM – International Institute of Political Murder

Coproduction
Zürcher Theater Spektakel (Zurich), Schaubühne (Berlin), steirischer herbst festival (Graz)

Avec le soutien de
Senatsverwaltung für Kultur und Europa Berlin, Hauptstadtkulturfonds Berlin, Pro Helvetia, Migros-Kulturprozent

Avec le soutien généreux de
Kulturförderung Kanton St.Gallen & Schauspielhaus Graz

Back to top

Empire

Que signifie fuite ? Patrie ? Comment peut-on raconter sur scène la souffrance, la perte et un nouveau début ? En guise de conclusion à la Trilogie européenne, Empire présente plusieurs gros plans biographiques d’individus venus en Europe comme réfugiés ou dont le pays natal se situe à sa périphérie. Des acteurs originaires de Grèce, de Syrie et de Roumanie parlent de tragédie, artistique et réelle, de torture, fuite, tristesse, mort et renaissance. Que deviennent ceux qui ont perdu tous leurs biens ou leur patrie pour cause de crises et de guerres ?

Sur scène, nous avons deux acteurs faisant figure de représentants de la vieille Europe si riche en traditions et, à leurs côtés, deux acteurs syriens qui se sont réfugiés en France et en Allemagne ces dernières années. À Heidelberg, le Grec Akillas Karazissis a découvert la vie hippie, le bal des cœurs solitaires et le théâtre dans les années 1970 ; par la suite il a incarné de grands guerriers et des héros tragiques dans le théâtre antique d’Épidaure. Maia Morgenstern est devenue célèbre grâce aux films d’Angelopoulos et à son interprétation de la Sainte Vierge dans La Passion du Christ de Mel Gibson ; elle dirige à présent le Théâtre juif de Bucarest. Avec un faux passeport roumain, l’acteur Rami Khalaf a fui à Paris, où il a travaillé pour une radio syrienne et consulté des milliers de photos de victimes assassinées par le régime syrien pour tenter de retrouver son frère disparu. Le Kurde Ramo Ali a passé plusieurs mois dans les prisons d’Assad, où les interrogatoires étaient synonymes de torture, mais aussi d’une espèce de psychanalyse. En Allemagne, il a commencé à raconter ses histoires de réfugié sur scène.

Intimes et pourtant d’envergure épique, ces quatre biographies composent le tableau d’un continent dont le passé a souvent volé en éclats et dont le futur est incertain. Empire vient conclure le voyage de la Trilogie européenne et la réflexion sur les racines culturelles, la réalité politique contemporaine et l’avenir de l’Europe – un continent situé entre mythe antique et présent impérial.

Back to top

Milo Rau est né à Berne en 1977. Il fait des études de sociologie, de langue et de littérature allemande et romane à Paris, Zurich et Berlin avec pour professeurs, entre autres, Tzvetan Todorov et Pierre Bourdieu. À partir de 1997, il entreprend ses premiers reportages au Chiapas et à Cuba. Dès 2000, il écrit pour le quotidien Neue Zürcher Zeitung et à partir de 2002, il s’attaque à la mise en scène et l’écriture dramatique, tant en Suisse qu’à l’étranger. En 2007, Rau fonde la maison de production de théâtre et de cinéma, International Institute of Political Murder, qu’il dirige à ce jour. Ses productions, campagnes et films (parmi lesquels The Last Hours of Elena and Nicolae Ceausescu, Hate Radio, City of Change, Breivik’s Statement, The Moscow Trials, The Zurich Trials, The Civil Wars, The Dark Ages, The Congo Tribunal, Compassion. The History of the Machine Gun et Five Easy Pieces) ont tourné dans plus de 30 pays à travers lemonde et ont été à l’affiche des plus prestigieux festivals, dont le BerlinerTheatertreffen, Festival d’Avignon, Zürcher Theater Spektakel, Noorderzon,Festival TransAmériques, Wiener Festwochen et Biennale Teatrodi Venezia. Outre ses œuvres théâtrales et filmiques, Milo Rau enseignela mise en scène, la théorie culturelle et la sculpture sociale dans différentesuniversités. En 2014, Milo Rau s’est vu décerner, entre autres, lePrix du Théâtre suisse, le Prix des Aveugles de Guerres pour le meilleuraudio-drame (pour Hate Radio), le Prix spécial du Jury du Festival du Filmallemand (pour The Moscow Trials) et le Grand Prix du Jury du Festivaltriennal allemand Politik im Freien Theater (pour The Civil Wars). The Civil Wars a en outre été sélectionnée comme l’une des cinq meilleurespièces de théâtre de 2014 par la commission d’experts de la télévision publiquesuisse et comme l’une de meilleures pièces créées aux Pays-Baset en Flandre au cours de la saison 2014-2015. En 2015, Milo Rau s’est vudécerner pour la première fois le Prix du Concile de Constance – PrixEuropéen de la rencontre et du dialogue, et en 2016 le prix de l’InternationalTheatre Institute (ITI) pour la journée mondiale du théâtre ainsique le prix 3sat en 2017. La Libre Belgique a qualifié Milo Rau de « metteuren scène le plus sollicité d’Europe » et Le Soir le décrit comme l’undes « esprits les plus libres et véhéments de notre époque. » Depuis avril2017 il est directeur artistique du NTGent.

Back to top