DUCTUS MIDI

    16/05  | 20:30
    17/05  | 20:30
    18/05  | 18:00
    19/05  | 20:30

€ 16 / € 13
± 1h10
FR > NL

La jeune artiste française Anne Lise Le Gac fait preuve d’une grande liberté dans le développement de son langage formel, ce qui donne lieu à des mélanges de genres surprenants, comme un barbecue-conférence ou un banquet de recettes Saudades. DUCTUS MIDI, réalisée avec l’artiste Arthur Chambry, est un mode d’écriture qui s’établit selon un trajet plutôt qu’un plan. Les premiers auteurs du Moyen-Âge percevaient ce flux en terme de ductus, un moyen de se frayer un chemin a l’intérieur d’une composition. Le trajet lui-même, son élaboration et le vécu de son parcours produisent une liberté de penser, de lire et de se mouvoir. Quatre voyageurs différents explorent ce principe nomade ; ils se rencontrent sur scène et entremêlent les genres et les pratiques, générant des croisements fascinants, comme des images acoustiques ou des instruments dansants. Un spectacle plus grand que la somme de ses composants. Une véritable découverte.

À voir aussi :  Free School : DUCTUS MIDI Open Studio

Conception : Anne Lise Le Gac et Arthur Chambry
Création & performance : Katerina Andreou, Arthur Chambry et Anne Lise Le Gac
Avec la participation de : Christophe Manivet
Création lumière, régie : Nils Doucet
Regard extérieur : Pauline Le Boulba
Surtitrage : Babel Subtitling 

Présentation : Kunstenfestivaldesarts, La Balsamine
Une production : OKAY CONFIANCE
Coproduction : Kunstenfestivaldesarts, Parallèle – Plateforme pour la jeune création internationale, Veem House for Performance, Arsenic – Centre d’art scénique contemporain, Tanzquartier Wien, Be My Guest – Réseau international pour les pratiques émergentes, Théâtre Saint-Gervais, 3 bis f – lieu d'arts contemporains, Buda Kunstencentrum, Centrale Fies_art work space / Live Works
Projet soutenu par : Pôle Arts de la Scène - Friche la Belle de Mai
Accueils en résidence par :
La Villette (Établissement public du parc et de la grande halle de la Villette), Montévidéo centre d’art, Centrale Fies_Art Work Space, Friche La Belle de Mai, Marseille, La Balsamine, 3 bis f – lieu d'arts contemporains, Buda Kunstencentrum
Projet soutenu par : Triangle France – Astérides, DRAC PACA au titre de l'aide au projet chorégraphique
Production et diffusion : 
Parallèle – Plateforme pour la jeune création internationale 

Back to top

Anne Lise Le Gac est installée à Marseille depuis le printemps 2014. Entre 2003 et 2008, elle étudie à l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, où elle pratique la performance et l’installation. Entre 2011 et 2013, elle rejoint la formation Essais au Centre Chorégraphique d’Angers, alors sous la direction d’Emmanuelle Huynh. Elle fonde l’hypothèse d’une « performance vernaculaire » sur laquelle elle base progressivement son travail. En parallèle elle interprète dans la pièce de Claudia Triozzi, Boomerang - Le retour à soi. Recherches et performances se poursuivent en solitaire, mais aussi en collaboration : GRAND MAL avec l'artisan couturier Élie Ortis, ACTION / TRADITION / COUVERCLE avec le performeur et beatboxer Aymeric Hainaux, et LE CAP avec Pauline Le Boulba, doctorante au sein du département DANSE de l’université Paris 8. En 2015, elle est l'une des initiatrices de OKAY CONFIANCE, un festival de performances / un festival de la confiance. Divers lieux accueillent l'évènement, à Marseille, à Paris, à Nice, à Amsterdam. Au printemps 2017, La Station, un artist run space à Nice, lui offre une résidence de production, pour poursuivre l’écriture d’une nouvelle version de sa performance La Caresse du Coma. Ce projet a été montré durant le festival Parallèle à Marseille, à La Tôlerie (Clermont-Ferrand). Il est programmé à Tanzquartier (Vienne) et au Bâtard Festival (Bruxelles). En mai 2018, Anne Lise Le Gac participe au programme de Residence & Reflection du Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles, où sa nouvelle création DUCTUS MIDI est présentée en 2019.

Arthur Chambry vit et travaille à Marseille. Ses projets musicaux, qu’il sort sur son label Cindys Tapes, sollicitent souvent la relation à l’image : avec Storyboard sorti en 2016, il réalise son deuxième « album-video ». Il adopte dans ses productions une esthétique low-fi, jouant avec les matières sonores et vidéo qu’il distord par ses outils obsolètes ou piratés. Depuis 2016 il transpose sa pratique dans une di­mension physique et scénique. Il pense le format concert comme une performance et construit des instruments électroniques imposant l’étude du geste musical et de sa sémantique. En juin 2018 il joue Circo Gelatino en collaboration avec Loto Retina et Gauthier Chambry à la Ferme du Buisson à Paris. Le projet se situe à la frontière de la performance, du concert et du théâtre.

Back to top