Displacement

Beursschouwburg
  • 13/05 | 20:30
  • 14/05 | 20:30
  • 15/05 | 20:30
  • 16/05 | 20:30

€ 16 / € 13
55 min

Rencontrez les artistes après la représentation du 14/05

Après ses études en danse classique et moderne à Damas, puis son départ à Montpellier pour le master EXERCE d’études chorégraphiques, Mithkal Alzghair n’a pas pu revenir dans son pays en guerre, la Syrie. Dans Displacement, il explore par la danse et le mouvement l’identité écartelée des corps syriens au regard des conditions politiques, sociales et religieuses qui les traversent. Il décompose et recompose ses différents héritages, le corps de la danse traditionnelle, le corps de la transe, le corps militaire, le corps en guerre, le corps de l’exil, et questionne leurs liens mutuels. Migrant d’une figure isolée à un groupe d’hommes, Displacement trace une trajectoire possible vers l’autre. Une œuvre puissante, tiraillée entre le désir de rester et celui de fuir.

À voir aussi
Workshop

Chorégraphie
Mithkal Alzghair

Avec
Rami Farah, Samil Taskin, Mithkal Alzghair

Conseils dramaturgiques
Thibaut Kaiser

Création lumière
Séverine Rième

Eclairage
Julien Bony, Julie Valette

Présentation
Kunstenfestivaldesarts, Beursschouwburg

Coproduction
Godsbanen (Aarhus), Musée de la danse – Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne, AFAC/Arab Fund for Arts and Culture, Les Treize Arches – Scène conventionnée de Brive

Avec le soutien de
CN D, Centre national de la danse (Pantin), Studio Le Regard du Cygne (Paris), Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France, scène conventionnée pour la danse

Représentation à Bruxelles avec le soutien de
l’Institut français et de l’Ambassade de France en Belgique dans le cadre d’EXTRA

Cette œuvre a reçu le Premier Prix au concours Danse élargie 2016, organisé par le Théâtre de la Ville (Paris) et le Musée de la danse (Rennes), en partenariat avec la Fondation d’entreprise Hermès

Back to top

Notes sur Displacement

Ma recherche est centrée sur le patrimoine de la culture syrienne lié à ses physicalités, sa transe, ses dynamiques et ses répétitions. J’essaie de comprendre d’où viennent ses danses traditionnelles, par quels processus d’imprégnation et de contagion de la réalité sociale et politique elles se sont construites. Ma tentative est d’ouvrir un espace de questionnement de cet héritage : l’héritage militaire, l’héritage de la dictature, l’héritage des régimes autoritaires, la révolution, la guerre, le déplacement.

La nécessité de cette création est liée à la question du déplacement et de la migration aujourd’hui : la violence, les meurtres, les massacres, les conflits et les révolutions au Moyen-Orient. Je cherche à identifier l’identité du corps syrien, de l’héritage reçu, vécu et construit, au regard des conditions politiques, sociales et religieuses que nous traversons actuellement. Quelle est l’identité d’une société formée sous la domination ou la dictature coloniale ? Celle de ceux qui vivent la guerre et les migrations est-elle différente ? Quel est l’espace de liberté de ces corps ? Quelles sont les contraintes et les idéologies qui y sont inscrites, et comment y faire face ? Ma recherche porte sur ce dont j’ai hérité, mais j’ai aussi la volonté de participer à la reconstruction d’un héritage qui est actuellement en cours.

Il y a ainsi pour moi une urgence et une nécessité de montrer au monde les réalités du conflit syrien, tant dans l’espoir de liberté qu’il ouvre que dans les horreurs dont il est empreint. Étant externe à ces événements, il m’importe d’être présent par l’art pour parler du contexte syrien et de le mettre en question dans mon travail. Cela me donne une raison de danser, d’être sur scène.

Cette recherche s’articule entre tradition et contemporanéité, entre mon passé syrien et ma situation actuelle de chorégraphe de danse contemporaine, entre mes formations au Moyen-Orient et en France. Sans chercher à retrouver un passé qui n’est plus ou à inventer un futur sans souvenirs, je tente de comprendre comment l’identité syrienne se construit, à partir de mon propre réel.

Mithkal Alzghair, 2017

Back to top

Mithkal Alzghair est chorégraphe, danseur, syrien, né en 1981. Il a étudié entre l’Orient (Institut supérieur d’art dramatique de Damas, formation en danse classique et moderne) et l’Occident (master d’études chorégraphiques « ex.er.ce », Centre chorégraphique national de Montpellier). Il a été interprète pour différents chorégraphes et a notamment collaboré avec la compagnie de théâtre italienne In-Occula pour le projet européen CRACK. Il crée Displacement (Déplacement) en mars 2016, un solo et un trio qui questionnent son héritage dans le contexte de l’exil. Ce spectacle a gagné le 1er prix du Concours Danse élargie 2016 organisé par le Théâtre de la Ville à Paris et le Musée de la danse, Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne. À l’automne 2016, Mithkal Alzghair crée la compagnie HEK-MA.

Back to top