Bird Watching

Paleis voor Schone Kunsten / Palais des Beaux-Arts
  • 15/05 | 20:00
  • 16/05 | 20:00

€ 14 / € 10
1h
EN

Rencontrez l'artiste après la projection des films le 16/05

Lawrence Abu Hamdan est un artiste contemporain originaire de Jordanie, qui vit et travaille à Beyrouth. Son oeuvre s’intéresse à la relation entre l’écoute, la politique, les droits humains, le témoignage et la vérité. Bird Watching est sa nouvelle réalisation dans une série d’essais audio en direct qui examinent la politique contemporaine de l’écoute et l’importance de l’oreille témoin. Le point de mire de cette « écoute » est sa collaboration avec Amnesty International et Forensic Architecture dans le cadre d’une enquête acoustique à la prison de Saydnaya, située à quelque 25 kilomètres au nord de Damas. La prison est inaccessible aux observateurs indépendants. Les souvenirs de ceux qui ont survécu constituent la seule ressource disponible pour découvrir et documenter les violations qui continuent à y être perpétrées. Pour les détenus de Saydnaya, la possibilité de voir quoi que ce soit est quasi inexistante : ils séjournent la plupart du temps dans l’obscurité et ont les yeux bandés. Par conséquent, ils ont développé une sensibilité accrue au son. À travers de nouvelles techniques spécialisées qu’a conçues Abu Hamdan pour l’interview de témoins auditifs, ces derniers reconstruisent à travers le son l’architecture de la prison et les événements qu’ils y ont vécus.

EXTRA : Projection de Rubber Coated Steel (2016) de Lawrence Abu Hamdan
16/05 – 21:00 (après la performance)
Entrée gratuite avec ticket de la performance

Scénario & performance
Lawrence Abu Hamdan

Présentation
Kunstenfestivaldesarts, BOZAR

Back to top

Lawrence Abu Hamdan (1985) est artiste, « oreille intime » et artiste associé en résidence au Vera List Center for Art and Politics à la New School à New York. Ses projets adoptent la forme d’installations audiovisuelles, de performances, d’oeuvres graphiques, de photographies, de sermons islamiques, de compositions sur cassettes audio, de paquets de chips, de textes de fond et de conférences. L’intérêt que porte Abu Hamdan au son, à ses modulations et à ses résonances avec la politique provient de ses antécédents dans la musique « bricolée ». Il a effectué des analyses sonores pour des enquêtes légales du Tribunal d’Immigration et Droit d’Asile au Royaume-Uni et rédigé des plaidoyers pour des organisations telles qu’Amnesty International et Défense des Enfants International. Les enquêtes acoustiques forensiques que mène l’artiste s’inscrivent dans le cadre de sa recherche pour le Département d’Architecture forensique du Goldsmiths College à Londres, où il est par ailleurs doctorant. Son tout récent Rubber Coated Steel (2016) a remporté le prix du court-métrage du Festival international du Film de Rotterdam en 2017 et son exposition Earshot (2016) à Portikus Frankfurt a reçu le prix Nam June Paik. Ses autres expositions individuelles comprennent تقيه (taqiyya) à la Kunsthalle St Gallen (2015), Tape Echo (2013) à Beirut (Le Caire) et au Van Abbemuseum (Eindhoven), The Freedom Of Speech Itself (2012) à Showroom (Londres), The Whole Truth (2012) à Casco (Utrecht). Les écrits d’Abu Hamdan sont publiés dans l’ouvrage Forensis – The Architure of Public Truth (Sternberg Press) et les revues Manifesta Journal et Cabinet Magazine. Ses oeuvres ont intégré les collections du MoMA New York, Van Abbemuseum Eindhoven, Centre Pompidou Paris et Arts Council, Royaume-Uni.

Back to top