atla

    14/05  | 19:00
    14/05  | 21:00
    15/05  | 19:00
    15/05  | 21:00
    17/05  | 19:00
    17/05  | 21:00
    18/05  | 19:00
    18/05  | 21:00
    19/05  | 19:00
    19/05  | 21:00

€ 16 / € 13
55 min

No seats

La chorégraphe bruxelloise Louise Vanneste cherche à élargir la notion de chorégraphie. Elle développe un langage singulier et hors norme, avec une attention particulière pour l’expérience du public. Dans sa nouvelle création atla, Louise Vanneste poursuit les recherches entamées avec sa pièce précédente Thérians. Elle part du roman Vendredi ou les Limbes du Pacifique de Michel Tournier pour continuer d’explorer la manière dont la littérature peut imprégner son écriture chorégraphique. La lecture de ce classique ne vise pas à transposer à la scène le mythe de Robinson. atla procure plutôt une expérience sensible en convoquant images et paysages mentaux. La confrontation du héros à l’île déserte, à la solitude, à Vendredi ou à l’astre solaire sont autant de situations à partir desquelles la chorégraphe et son équipe inventent une narration nouvelle. Louise Vanneste trace les lignes d’une carte chorégraphique entre installation et représentation scénique. Elle plonge le spectateur dans l’intimité de l’environnement qu’il traverse. Les frontières entre intérieur et extérieur, géographie réelle ou fantasmée, espace ouvert et de repli sur soi se brouillent au fur et à mesure de la déambulation du spectateur. Avec atla, chorégraphier revient à ouvrir une route dans le territoire de l’imaginaire.

Après la représentation du 18.05, Charleroi danse vous invite à une session de Dbrief.
Gratuit
Langues : FR/NL
Dirigée par : Maïté Àlvarez, Leen Van Dommelen
Inscription : pauline.mazeaud@charleroi-danse.be/ 02 412 35 14. Capacité limitée.
Organisé par : La Raffinerie - Charleroi danse

Concept et chorégraphie : Louise Vanneste
En collaboration avec :
Musique : Cédric Dambrain 
Scénographie : Arnaud Gerniers
Œuvre textile: Elise Péroi 
Éclairage : Arnaud Gerniers, Benjamin van Thiel  
Vidéo : Stéphane Broc
Regard extérieur : Anja Röttgerkamp  
Collaboration artistique : Emmanuelle Nizou
Costumes : Camille Queval
Régie générale : Yorrick Detroy
Chorégraphie & danse : Paula Almiron, Anton Dambrain, Amandine Laval, Gabriel Schenker
Performance: Elise Peroi, Gwendoline Robin
Diffusion & production : Alix Sarrade (Alma Office)
Administration : Gabriel Nahoum
Remerciements : Camille Louis, Ictus, Studio Thor

Présentation : Kunstenfestivaldesarts, Charleroi danse
Production de Louise Vanneste / Rising  Horses et DC&J Création
Coproduction : Kunstenfestivaldesarts, Charleroi danse, les Halles de Schaerbeek, le Théâtre de Liège et Le Gymnase - CDCN Roubaix / Haut de France
En partenariat avec : La Bellone
Avec le soutien de : Fédération Wallonie-Bruxelles, Tax Shelter du Gouvernement Fédéral de Belgique et d’Inver Tax Shelter
Charleroi danse s’engage à produire, présenter et accompagner les œuvres de Louise Vanneste durant trois années de 2017 à 2020
Louise Vanneste / Rising Horses est accueillie en compagnonnage au Théâtre de Liège (2018-2022)
Louise Vanneste est accompagnée par Grand studio

Back to top

Ce que chorégraphie Louise Vanneste, c’est un espace tout entier. Avec ses vibrations, résonances et projections. C’est autre chose que seulement diriger des corps en déplacement. C’est plus. Plus profond. Et ouvert. Pour le spectateur d’atla, cela se joue en déambulation physique, parmi six interprètes, entre représentation et installation. Hors fronta- lité, une route s’ouvre dans le territoire de l’imaginaire.

La chorégraphe belge cite volontiers l’effet de la lecture : comment, à la seule source du travail de la langue, l’activation imaginaire tient d’une mise en mouvement. Au début, en filigrane du titre atla, on comprenait à travers les aulnes. Par les aulnes, on pensait à l’écrivain Michel Tournier. Atla ? Cela renvoie aussi à une ample géographie du monde. Alors, du même auteur, glissons vers cet autre chef d’œuvre : Vendredi ou les limbes du Pacifique

Vingt-huit ans seul sur une île, de quelle sensualité solaire et cosmique, Robinson tisse-t-il son expérience extrême d’un rapport au monde qu’il lui faut recréer ? Vendredi le rejoint. Cette altérité humaine pourrait consacrer le grand retour à l’option civilisationnelle. Or non. À travers Vendredi, Robinson finira d’accepter l’appel d’un autre monde. Épousera cette île.

Atla n’est en aucun cas une transcription scénique du roman. Mais atla s’imprègne des résonances du temps et vibrations terrestres, leurs suggestions élémentaires, en tournoie-ment du vide et des espacements, qui per-mettent à la danse de déployer sa puissance d’aventure philosophique. Pourtant si près du geste.

Gerard Mayen
Texte écrit pour les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis 2019

•••

Titulaire d’un master 2 en études de danse de l’Université Paris 8, Gérard Mayen est journaliste, critique de danse, auteur, publiant dans les médias français spécialisés. Il est également praticien de la méthode Feldenkrais.

Back to top

Après une formation en danse classique, Louise Vanneste se dirige vers la danse contemporaine et entre à P.A.R.T.S. dont elle est diplômée. Une bourse de la Fondation SPES (Be) lui permet de poursuivre sa formation à New York, notamment au sein de la Trisha Brown Dance Company.  Depuis son retour en Europe, elle développe un travail chorégraphique en privilégiant les collaborations avec des artistes issus d’autres disciplines que la danse : Cédric Dambrain et Antoine Chessex pour la musique, Stéphane Broc pour la vidéo, les artistes plasticiens et éclairagistes Arnaud Gerniers & Benjamin van Thiel ainsi que le peintre Stephan Balleux. Pièces de groupe, solos ou encore installations vidéos, Louise Vanneste investit chacune de ses œuvres dans sa globalité complexe, sans hiérarchisation a priori entre les médiums impliqués. Elle a créé Gone in a heartbeat dans le cadre du Kunstenfestivaldesarts en 2015 et Thérians en 2017 aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis. Therians a ouvert un temps de recherche portant sur un intérêt croisé entre danse et littérature romanesque, qui s’est poursuivi avec Une incursion, projet in situ, et qui se prolonge avec atla. Elle travaille également à une création pour 2021, Forêt, une pièce de groupe qui sera adaptée pour l’intérieur et l’extérieur. Charleroi danse s’engage à produire, présenter et accompagner les œuvres de Louise Vanneste durant trois années de 2017 à 2020. 

Back to top