A night on the multiplicities of 1968

In the frame of The May Events

    19/05  | 20:00

€ 14 / € 11 (-25/65+)
EN

Dans le cadre de The May Events @ INSAS, 16>20/05

Parmi les changements radicaux qui se sont opérés dans le monde entier durant l’année 1968, quels sont ceux qui sont commémorés cinquante ans après? Tandis qu’à Paris des batailles se livraient au nom des libertés individuelles, les chars soviétiques écrasaient les réformes massivement soutenues à Prague. La guerre civile ravageait des communautés entières au Nigeria et aux États-Unis, la lutte pour les droits civiques aboutissait finalement. First Person Plural est une conférence performative conçue par BAK, basis voor actuele kunst au sein de leur série Propositions for Non Fascist Living, qui revisite la complexité de l’héritage global de cette année. Ils rassemblent interventions performatives et musicales, conférences, une conversation VJ et une discussion intime face à la projection d’un film. Offrant un aperçu des multiples 1968 dans le monde, First Person Plural part en quête d’imbrications mutuelles et voit un terrain commun dans une aspiration partagée à construire, fût-ce provisoirement, un autre « nous » – une première personne du pluriel collective.

PROGRAMME

20 :00 – 21:00
Sepake Angiama avec Karina Griffith, Born in Flames (1983)
projection accompagnée de commentaires en direct et suivie d’une discussion

Comme lorsque vous passez une soirée au cinéma et que les commentaires de vos voisin·e·s vous perturbent, Spake Angiama, professeure, curatrice et participante au programme du BAK 2017-2018, intervient à son tour par des commentaires en direct et une discussion pendant la projection du film Born in Flames (1983) réalisé par Lizzie Borden. Le film réfléchit à des questions autour du féminisme, du genre et de sa portée politique, de la race, de la surveillance et de la brutalité policière ; problématiques et interrogations que l'on retrouvera également au centre de la discussion. 

21:00 - 21:20 / 22:00 - 22:20
Ola Hassanain, Unscripted Public
installation avec projection vidéo, service à thé et performance

La Résolution de Karthoum a été affirmée le 1er septembre 1967 et appelle aux fameux « trois non » signés par huit pays de la Ligue des États arabes : « pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance d’Israël, pas de négociation avec Israël. » Participante du programme du BAK 2017-2018, Ola Hassanain débute sa réflexion à partir d’un texte qui décrit l’agitation politique qu’a connue le Soudan à la suite de la Résolution. Elle développe ensuite une installation et une performance dans lesquelles elle relie les protestations avec les manifestations actuelles qui éclatent partout à Karthoum. Les manifestant·e·s réclament le renversement du gouvernement, et se trouvent souvent réprimés avec une violence extrême. Unscripted Public invoque les géographies genrées et la mémoire subjective dans l’usage de l’espace public accompagnées de différentes chronologies à Khartoum. Ainsi l’artiste navigue entre plusieurs poèmes politiques, des revendications sonores pour un espace public comme lieu de résistance et des actions politiques improvisées.

21:20 - 22:00
Otobong Nkanga, After First Light A Story to Tell
lecture performée

Participante au programme du BAK 2017-2018, Otobong Nkanga utilisera la narration, des objets ainsi que sa propre voix comme autant d’outils pour s’atteler à une fouille dans les fragments de l’histoire. Nkanga dialogue avec une collection d’objets sélectionnés par des récits qui viennent creuser et déterrer les enchevêtrements existants entre différents événements historiques, des témoignages personnels et des rencontres.

22:20 - 23:00
Quinsy Gario, …; speaking of borders
lecture performée avec Jörgen Gario, Gloria Holwerda-Williams et Shaka Jean-David

Quinsy Gario, particpant au programme du BAK 2017-2018, propose une lecture performée à travers laquelle il relira la révolte étudiante de janvier 1968 avec l’émancipation raciale mondiale des années 1960. L’œuvre part d’une photographie prise par Ron Kroon Ion le 18 janvier 1968 du Muurkrant (le mur de journaux) dans la ville de Louvain, où les étudiant·e·s avaient écrit : « Leuven moet een 2e Detroit worden! » [Louvain devrait être une seconde Détroit !]. La référence à la résistance des afro-américain·e·s face à la violence policière à Détroit en 1967, place non seulement la révolte de Louvain dans la lignée des protestations étudiantes en Europe mais aussi dans un discours explicitement antiraciste et anticolonialiste. Les références profondément internationales de cette révolte seront explorées tout au long d’une lecture performée qui réfléchira au langage, à la violence coloniale, à la religion et au rôle politique des archives.

23:10 - 23:40
Wendelien van Oldenborgh et Charl Landvreugd, Conversational Tones
battle musicale et visuelle

Sans aucune volonté de déjouer les différences, les contradictions et les écarts, l’artiste Charl Landvreugd et l’artiste participante au du programme BAK 2017-2018, Wendelien van Oldenborgh, construisent un discours à travers une « battle » enjouée où se mêlent des interactions musicales autant que visuelles. Ce « combat » invoque une large variété de questions, de fragments et de choix issus de leur vocabulaire spécifique et respectif : la réalisation cinématographique, les arts visuels et la théorie. Mikhaïl Bakhtine, le philosophe et critique russe qui a formulé le concept de polyphonie en littérature, a affirmé que les environnements polyglottes « libèrent l’homme en ouvrant un fossé entre les choses et leurs termes ». La non-équivalence n’est pas une source de désespoir mais plutôt une impulsion à la vie.

23:45 - 00:45
Marinella Senatore, Protest Forms: Memory and Celebration Invites: Blu Samu, Fatoo San & Raph Stark
concert

Pour son projet en cours Protest Forms: Memory and Celebration, Marinella Senatore interroge de nouvelles manières de reprendre possession de notre bien commun futur par la célébration musicale entre les générations des réussites passées. L’artiste invite ici la rappeuse et musicienne locale Blu Samu à performer en live. Salomé Dos Santos alias Blu Samu est une rappeuse belge-portugaise, compositrice et interprète issue de la scène hip-hop bruxelloise. À la suite du concert, un DJ set de Fatoo San & Raph Stark prolongera l’événement en une fête nocturne.

Toute la nuit
Luigi Coppola, On Evolutionary Population
intervention in situ

L’artiste et participant au programme du BAK 2017-2018 Luigi Coppola rassemble ses intérêts actuels pour la chorégraphie sociale et la « choralité politique » — à savoir des communautés sous-représentées qui trouvent une voix à travers les performances artistiques publiques. Cette intervention dans l’espace, constituée de ruban adhésif et d’écritures, fait partie de sa recherche sur les populations évolutives, qu’il débuta avec ses projets à Castiglione d’Otranto dans le sud de l’Italie. En utilisant les écrits sur les communautés interethniques du politicien et activiste Alexander Langer et les plantes évolutives créées par l'agronome Salvatore Ceccarelli, l’artiste présente une forme étoilée qui traverse les espaces utilisées pour la conférence performative. 

Commissaire BAK, basis voor actuele kunst

Contributions de Quinsy Gario, Otobong Nkanga, Marinella Senatore, Sepake Angiama, Luigi Coppola, Ola Hassanian, Wendelien van Oldenborgh & Charl Landvreugd, among others

Cette conférence performative est une extension de l’exposition éponyme qui a simultanément lieu au BAK, basis voor actuele kunst. Elle est programmée par le commissaire Matteo Lucchetti (12 mai–22 juillet). Propositions #5: First Person Plural est le cinquième rassemblement du BAK autour de la série Propositions for Non-Fascist Living (2017– 2020) qui a pu être réalisée avec l’aide des participants du 2017/2018 BAK Fellowship Programme.

Présentation Kunstenfestivaldesarts, INSAS

Co-organisé par Kunstenfestivaldesarts & BAK, basis voor actuele kunst (Utrecht)

Back to top