Tropical Malady

Forêt de Soignes / Zoniënwoud (Groenendaal)
  • 16/05 | 21:00

€ 4
2h 05min
Thai > EN

Le ticket donne droit à une entrée gratuite à l'exposition Memorandum

Dans le cadre de la rétrospective Apichatpong Weerasethakul au Cinema Galeries, le Kunstenfestivaldesarts projette un de ses films majeurs dans un lieu enchanteur de la ceinture verte de Bruxelles. Quatrième long métrage du réalisateur thaïlandais, Tropical Malady (2004) lui a valu le prix du jury au Festival de Cannes et l’a définitivement installé au panthéon de l’avant-garde cinématographique. C’est un film envoûtant, troublant, radical sur les mystères de l’amour et du désir. Dans un petit village thaïlandais, un jeune soldat et un garçon de la campagne tombent amoureux l’un de l’autre. Ils mènent une vie douce et tranquille, jusqu’au moment où l’un des deux disparaît dans la jungle, faisant basculer le récit en un rêve hypnotisant sur les êtres obscurs et les peurs irrationnelles. Archaïque et sauvage, la forêt est un motif récurrent dans l’œuvre d’Apichatpong Weerasethakul. Le 16 mai, vous pourrez voir Tropical Malady dans les profondeurs de la forêt de Soignes. Un événement!

Écrit & réalisé par
Apichatpong Weerasethakul

Avec
Sakda Kaewbuadee, Banlop Lomnoi, Siriwej Jareornchon, Udom Promma, Saritpong Boonyadison, Arna Rattapan, Donruedee Chana, Huay Deesom

Présentation
Kunstenfestivaldesarts, Cinema Galeries

Production
Kick the Machine Films (Bangkok)

Coproduction
Anna Sanders Films (Paris), TIFA (Bangkok), Thoke + Moebius Film (Berlin/Frankfurt am Main), Downtown Pictures (Bologna)

Avec la participation de
Fonds Sud Cinéma, Ministère de la Culture et de la Communication, CNC, Ministère des Affaires Étrangères



Projeté en première mondiale au Festival de Cannes en mai 2004, Tropical Malady a obtenu Le Prix du Jury

Back to top

Apichatpong Weerasethakul (1970) est né à Bangkok et a grandi à Khon Kaen, au nord-est de la Thaïlande. En 1994, il commence à réaliser des courts-métrages et des vidéos expérimentales. Et, depuis 1998, il monte des expositions et des installations dans de nombreux pays. Souvent non linéaires et dotées d’un sens aigu du bouleversement, ses oeuvres traitent de la mémoire et abordent de façon subtile des questions sociales et politiques. Ses projets artistiques et ses longs-métrages lui ont valu une reconnaissance internationale et plusieurs récompenses, dont deux prix au Festival de Cannes. En 2005, le ministère thaïlandais de la Culture lui a décerné l’un des prix thaïlandais les plus prestigieux, le Silpatorn . En 2008, le ministre français de la Culture lui a remis l’insigne de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres et trois ans plus tard, en 2011, il recevait l’insigne d’Officier du même ordre. Son film Syndromes and a Century, achevé à la fin de l’année 2006, était le premier film thaïlandais à être sélectionné pour la Mostra de Venise. Apichatpong Weerasethakul est également l’un des 20 artistes et cinéastes internationaux à qui le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies a commandé un court-métrage pour marquer le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. En 2009, le Musée du Cinéma autrichien a publié, en anglais, une monographie majeure sur son œuvre. Son projet de 2009, Primitive, se compose d’une installation vidéo de grande envergure, d’un livre d’artiste et d’un long-métrage, Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures . En 2010, le film a gagné la Palme d’Or du 63e Festival de Cannes, devenant ainsi le premier film du Sud-est asiatique (et le septième film asiatique) à remporter la récompense cinématographique la plus prestigieuse du monde. En 2012, Weerasethakul était invité à participer à la célèbre exposition quinquennale documenta (13), à Kassel, en Allemagne. L’année suivante, Apichatpong Weerasethakul a obtenu le prix de la 11e Biennale de Sharjah, aux Émirats arabes unis, ainsi que le prix Fukuoka, au Japon. À la fin de l’année suivante, il s’est vu remettre le Prix Yanghyun, en Corée du Sud. En 2016 une rétrospective de l’ensemble de ses films est présentée à la Tate Britain (UK). Apichatpong Weerasethakul vit et travaille actuellement à Chiang Mai, en Thaïlande.

Apichatpong Weerasethakul au Kunstenfestivaldesarts
2005 : Worldly Desires

Back to top