Suite n°1

« ABC »

Amerikaans Theater

18, 20, 21/05 – 20:30

19/05 – 15:00

EN / FR / DE / NL / ES / PT / GR / IT / HR / RU / JP / CN / KR / Arab / Hebrew

1h 15min


Lancée en 2007, L’Encyclopédie de la Parole est un projet artistique qui vise à décoder les mécanismes de la communication orale. Sous la direction du Français Joris Lacoste, un groupe d’artistes rassemble toutes formes de paroles enregistrées et les inventorie selon des caractéristiques telles que la cadence, la choralité, l’emphase ou la mélodie. À l’invitation du festival, Lacoste est parti de ce répertoire pour composer un spectacle exceptionnel, pièce inaugurale d’un cycle à venir. Dans l’ancien studio de télévision de l’Amerikaans Theater construit par l’architecte Edward Durell Stone pour l’Expo 58, un chef d’orchestre dirige un choeur multilingue de onze interprètes et douze amateurs. Suivant une partition construite à partir de fragments d’interviews, de bulletins d’information, de sitcoms ou de discours politiques, ils nous offrent un récital hors du commun qui met à nu la relation troublante entre les formes et les contenus du langage. Suite n°1 est un monument poétique, politique et sensoriel à la force expressive des mots.

Conception générale & collecte des documents
Frédéric Danos, Joris Lacoste, Emmanuelle Lafon, Nicolas Rollet

Composition & mise en scène
Joris Lacoste

Direction musicale
Nicolas Rollet

Interprétation
Ese Brume, Hans Bryssinck, Geoffrey Carey, Frédéric Danos, Delphine Hecquet, Vladimir Kudryavtsev, Emmanuelle Lafon, Marine Sylf, Nuno Lucas, Barbara Matijevic, Olivier Normand & 11 invités

Collecteurs spéciaux
Constantin Alexandrakis, Annie Dorsen, Grégory Castéra, Myriam Van Imschoot, Valérie Louys, Loreto Troncoso Martinez, Olivier Normand, Sabine Macher, Berno Odo Polzer, Tomoko Miyata, Elise Simonet, Seyma Aouij

Assistante à la mise en scène
Elise Simonet

Consultants
Grégory Castéra & David Christoffel

Lumières
Koen De Saeger & Florian Leduc

Régie générale
Florian Leduc

Production, diffusion, admnistration
Frédérique Payn & Marc Pérennès

Production
Échelle 1:1 (compagnie conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Ile-de-France)

Co-production
Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles), Parc de la Villette - résidences d'artistes (Paris), Théâtre Universitaire (Nantes), Centre Georges Pompidou (Paris), Festival d'Automne à Paris, TNBA (Bordeaux), Nouveau Théâtre de Montreuil - centre dramatique national (Montreuil), Studio-Théâtre de Vitry (Vitry-sur-Seine), Macval (Vitry-sur-Seine)

Avec le soutien de
l'Institut Français & la participation artistique du Jeune Théâtre National.

Projet co-produit par
NXTSTP avec le soutien du Programme Culture de l'Union Européenne

Back to top

Suite n°1 « ABC » pour 11 interprètes et 11 invités (2013)

L'Encyclopédie de la parole

L'Encyclopédie de la parole est un projet artistique qui explore l'oralité sous toutes ses formes. Depuis 2007, ce collectif qui réunit musiciens, poètes, metteurs en scènes, plasticiens, acteurs, sociolinguistes, curateurs, collecte toutes sortes d'enregistrements de parole et les inventorie sur son site internet (www.encyclopediedelaparole.org) en fonction de propriétés ou de phénomènes particuliers tels que la cadence, la choralité, le timbre, l'adresse, la saturation ou la mélodie.

Qu'y a-t-il de commun entre la poésie de Marinetti, des dialogues de Louis de Funès, un commentaire de tiercé, une conférence de Jacques Lacan, un extrait de South Park, le flow d'Eminem ou de Lil Wayne, un message laissé sur un répondeur, les questions de Julien Lepers, une prédication adventiste, Les Feux de l'amouren VF, un discours de Léon Blum ou de Bill Clinton, une vente aux enchères, une incantation chamanique, les déclamations de Sarah Bernhardt, une plaidoirie de Jacques Vergès, une publicité pour du shampoing, des conversations enregistrées au café du coin ?

À partir de cette collection qui comprend aujourd'hui près de 800 documents sonores, l'Encyclopédie de la parole produit des pièces sonores, des performances et spectacles, des conférences, des jeux et des expositions.

En 2013, l'Encyclopédie de la parole regroupe Frédéric Danos, Emmanuelle Lafon, Nicolas Rollet, Joris Lacoste, Grégory Castéra et David Christoffel.

Les Suites chorales

En 2013, l'Encyclopédie de la parole a entrepris un cycle ambitieux de Suites chorales. À l'instar du spectacle Parlement (2009), dont ils prolongent et amplifient les enjeux, les spectacles projetés reposent tous sur un principe simple : reproduire vocalement, le plus fidèlement possible, une succession (une suite) d'enregistrements variés. Ces documents sonores, impliquant des situations particulières et des figures de langage, sont articulés de sorte à faire entendre toute la richesse et la complexité des paroles les plus ordinaires ou les plus singuliè̀res.

Reproduire au plus près, ce n'est pas jouer des situations ou imiter des individus, encore moins incarner des personnages, mais traiter musicalement chaque parole enregistrée, dans la richesse et la complexité de ses intonations, de son rythme, de ses jeux d'adresses, de ses mouvements et hésitations réelles. On laisse les situations et les contextes apparaître d'eux-mêmes, à travers le seul jeu des voix : un théâtre à entendre.

Un des effets les plus troublants du redoublement choral de la parole est celui de dissociation du contexte et du contenu : on prête soudain attention à des manières de discuter, d'écouter, de séduire, d'expliquer, des façons de dire, des tonalités qui étaient jusqu'ici occultées par le besoin de sens. Les paroles les plus banales, les plus triviales, parce qu'elles sont traitées comme des partitions très exactes, se revêtent soudain d'une étrangeté qui nous les fait entendre autrement.

Les partitions des Suites chorales se déplient sur trois plans parallèles : la succession de situations clairement reconnaissables et contrastées ; le sens des mots proprement dits, dont l'enchaînement et l'articulation composent un texte en forme de patchwork qui s'éclaire différemment selon les contextes linguistiques ; le plan purement sonore ou musical de la langue, qui, la plupart du temps, se confond avec le plan des affects et des intensités.

La formation chorale permet de jouer sur différentes sortes de distribution et de division de la parole - harmonies, polyphonies, variations d'effectif. Le chœur orchestre la dissolution des individus dans la forme de la parole elle-même, laquelle peut ainsi devenir le vrai personnage de la pièce. En faisant entrer sur la scène les rumeurs, les tournures, les phrasés et les inflexions de notre quotidien le plus immédiat, les Suites chorales cherchent à renouer avec une des fonctions primordiales du chœur antique : mettre une communauté humaine face à sa propre représentation.

En multipliant les styles, les registres, les interprètes, les langues, les fictions, les jeux de composition, le cycle des Suites chorales de l'Encyclopédie de la parole se propose d'élever un monument précaire, mobile et vivant à la diversité des formes orales.

La Suite n°1 « ABC »

La première des Suites chorales présente une cinquantaine d'extraits de la collection sonore de l'Encyclopédie de la parole. « ABC », le titre donné à cette composition, s'entend autant au sens de méthode que de « premiers pas ». La partition s'attache à exposer quelques linéaments de la parole humaine : le b.a. -ba, le babil, le blabla, le brouhaha, le vocabulaire de base, le plaisir des traductions et la jouissance des langues qu'on ne comprend pas. En traversant des situations qui n'ont rien à voir entre elles, en faisant s'entrechoquer des manières de parler habituellement compartimentées, la pièce expose comme une grammaire approximative de notre oralité commune : un ABC de la parole ordinaire en treize langues, vingt-deux interprètes, et cinq parties :

La première partie, en forme d'ouverture, expose le principe et la situation du spectacle : la reproduction mimétique de paroles réelles, l'amplification par le chœur d'une voix singulière, l'ici et maintenant, le nous et le vous, l'hémisphère gauche et l'hémisphère droit.

La deuxième partie fonctionne comme une petite anthologie de situations où l'on parle avant tout pour le plaisir de parler : le babillage de deux bébés, une récitation de poème, une prière catholique, un jeu de prononciation ou un commentaire de foot. La parole est d'abord ici un jeu, une dépense joyeuse, une éloquence gratuite. S'y mêlent ironiquement des situations de communication supposée maximale (publicité, journal télévisé), avec lesquelles ces extraits entretiennent d'étranges parentés formelles.

La troisième partie met l'accent sur le comment de cette parole que nous parlons, en alternant des exemples, des explications, des leçons, des jeux, des moments d'amitié, des listes de mots, des exercices : comment on prononce, comment on dit, comment on traduit, comment on accentue, cadence, récite, comment on mâche ses mots.

La quatrième partie ouvre la voix à l'incarnation : ici la parole devient ce qui permet de jouer des rôles, de performer des identités, d'être possédé par des voix, de donner vie (littéralement) à des personnages, d'invoquer des noms propres et des divinités absentes.

La dernière partie, en forme de final, est une invitation ambiguë à rêver, à imaginer, à chanter, à s'extasier, à encourager, à se donner permission de parler à tort et à travers : « Empower each and every voice ».

À suivre...

Si vous souhaitez participer à la collecte de l'Encyclopédie de la parole et contribuer aux partitions des prochaines Suites chorales, envoyez-nous vos documents sonores à info@encyclopediedelaparole.org.

Back to top

Joris Lacoste est né en 1973, il vit et travaille à Paris. Il écrit pour le théâtre et la radio depuis 1996, et réalise ses propres spectacles depuis 2003. Il a ainsi créé 9 lyriques pour actrice et caisse claire aux Laboratoires d’Aubervilliers en 2005, puis Purgatoire au Théâtre national de la Colline en 2007, où il a également été auteur associé. De 2007 à 2009, il a été co-directeur des Laboratoires d’Aubervilliers. Il initie deux projets collectifs, le projet W en 2004 et l’Encyclopédie de la paroleen 2007, qui donne lieu notamment en 2009 au solo Parlement. En 2004, il lance le projet Hypnographie pour explorer les usages artistiques de l’hypnose : il produit dans ce cadre la pièce radiophonique Au musée du sommeil (France Culture, 2009), l’exposition-performance Le Cabinet d’hypnose (Printemps de Septembre Toulouse, 2010), la pièce de théâtre Le vrai spectacle (Festival d’Automne à Paris, 2011), l’exposition 12 rêves préparés (GB Agency Paris, 2012), la performance La maison vide (Festival Far° Nyon, 2012), ainsi que 4 Prepared Dreams (for April March, Jonathan Caouette, Tony Conrad and Annie Dorsen) à New York en octobre 2012.

L’Encyclopédie de la parole est un projet collectif qui cherche à appréhender transversalement la diversité des formes orales. Depuis septembre 2007, l’Encyclopédie de la parole collecte toutes sortes d’enregistrements et les répertorie en fonction de phénomènes particuliers de la parole : cadences, choralités, compressions, emphases, espacements, mélodies, répétitions, résidus, saturations, timbres, etc. Chacune de ces notions constitue une entrée de l’Encyclopédie, dotée d’un corpus sonore et d’une notice explicative. À partir de ces enregistrements, l’Encyclopédie de la parole produit des pièces sonores, des spectacles, des performances, des conférences, des installations, un jeu, qui sont présentés lors d’ouvertures publiques.

Back to top