Meyoucycle

Kaaitheater
  • 27/05 | 20:30
  • 28/05 | 22:00

€ 16 / € 13
1h 45min
EN > NL / FR

La danseuse et chorégraphe américaine Eleanor Bauer conjugue un intérêt pour l’écriture du mouvement, une rigueur conceptuelle nourrie de philosophie et une immédiateté expressive rappelant les formes du cabaret et de la variété. Sa nouvelle création fusionne les différents pôles de sa personnalité créatrice. Meyoucycle: quand on le prononce, le mot ressemble à « musical », avec un drôle d’accent ; et de fait, la chorégraphe et le compositeur Chris Peck mettent en œuvre tous les éléments d’une comédie musicale – chant, texte, danse, musique – pour aboutir cependant à un genre étrange. Le spectacle célèbre la « chanson » en tant que forme artistique par laquelle la poésie charie, de manière directe, les idées et les sentiments. Meyoucycle et un cycle de chansons écrit en dialogue entre Bauer et Peck. Le « moi-toi-cycle » parle avant tout de relation entre les êtres. Réunissant sur scène quatre performeurs et les musiciens de l’ensemble Ictus, Meyoucycle est une science-fiction qui convoque les émotions à l’ère de la médiation technologique et de l’hyper-capitalisme.

Concept & mise en scène
Eleanor Bauer & Chris Peck

Chorégraphie
Eleanor Bauer, en collaboration avec les performeurs


Composition musicale
Chris Peck, en collaboration avec les performeurs


Créé & interprété par
Eleanor Bauer (chant, danse), Inga Hákonardóttir (chant, danse), Tarek Halaby (chant, danse), Gaël Santisteva (chant, danse, saxophone alto, shaker), Gerrit Nulens – Ictus Ensemble (batterie, percussions), Gwenaelle Rouger – Ictus Ensemble (piano, synthétiseur), Kobe Van Cauwenberghe – Ictus Ensemble (guitare, basse)


Assistance musicale
Jean-Luc Fafchamps, Tom Pauwels, Jean-Luc Plouvier


Écriture chansons
Chris Peck & Eleanor Bauer, avec des contributions de Gérald Kurdian, Arjan Miranda, Ryan Seaton

Textes
Eleanor Bauer, en collaboration avec Chris Peck et les performeurs


Création lumières
Luc Schaltin

Costumes & décors
Sofie Durnez, en collaboration avec Eleanor Bauer

Mixage sonore
Alex Fostier


Coordination technique
Jitske Vandenbussche

Merci à
Cedric Andrieux, Povilas Bastys, Bryana Fritz, Emily Gale, David Van Dijcke, Herman Venderickx, KASK Conservatorium, King's Fountain Foundation

Présentation
Kunstenfestivaldesarts, Kaaitheater

Management
Caravan Production pour GoodMove vzw (Bruxelles)


Coproduction
Kaaitheater (Bruxelles), Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis, PACT Zollverein (Essen), Ruhrtriennale


Résidences
Kaaitheater (Bruxelles), Pianofabriek (Bruxelles), P.A.R.T.S. (Bruxelles)


Avec le soutien de
Vlaamse Overheid


Sous-titrage avec le soutien de
ONDA

Back to top

Meyoucycle

Meyoucycle (moi-toi-cycle) est un concert fantastique, version sciencefiction politique, sur le thème de l’expression à l’ère de l’hyper-capitalisme et de la médiation technologique. Petites annonces personnelles et lettres à l’ancienne, robots de chat, tweets et coups de gueule incontrôlables, terrorisme poétique, son et image s’entrechoquent au sein d’une méditation sur la vie contemporaine et future, ainsi que sur les forces intenses et les interfaces qui la façonnent.

Prononcé en Anglais avec un curieux accent, le titre sonne comme le mot « musical ». Autrement dit, Meyoucycle est différent de ce que l’on pourrait identifier comme une comédie musicale, mais les composants sont similaires. La pièce combine musique, danse et texte ; elle semble raconter une histoire : dans un futur proche, un groupe de poètes terroristes et de pirates au coeur tendre sont tous tombés dans l’anonymat. Ils demeurent dans l’Ombre – le dark web, la forêt profonde, l’inconnu, le subconscient, l’intuition de connaissances dissimulées. Ils échappent à un système tout puissant qui détruit la communication entre les gens pour la transforme en profit. Afin de maintenir la liberté d’expression absolue, ils doivent perdre leur identité et se métamorphoser constamment. Slalomant entre différents genres performatifs, ils produisent un horizon de significations possibles en constante évolution.

Meyoucycle a été conçu et mis en scène par la chorégraphe/performeuse Eleanor Bauer et le musicien/compositeur Chris Peck. Artistes complices depuis plusieurs années, ils travaillent à distance l’un de l’autre. Ils ont ainsi appris à utiliser activement les réalités de cette distance géographique qui les sépare, traitant une variété de matériaux allant de l’article de magazine aux rêves, incorporant les contributions d’invités absents, auteurs des chansons, développant la chorégraphie avec les performeurs ainsi qu’avec les arrangements musicaux, en dialogue avec l’ensemble Ictus, le matériel lui-même est un cycle de barattage de me et de you. À l’instar du moi-toi-cycle. En fin de compte, la performance nous rappelle qu’au théâtre, tous les éléments de compréhension se créent quelque part entre la scène et le public.

En tant que moi-toi-cycle, Meyoucycle met en lumière notre intersubjectivité et interdépendance dans le processus de co-création et de compréhension du sens. Notre travail se développe au carrefour de plusieurs influences, sources, préoccupations, disciplines et médiums : ainsi, nous tissons des liens entre les signes, messages, textes, rêves, flux et fragments de sens dans lesquels nous baignons.

Distants géographiquement l’un de l’autre, Eleanor Bauer et Chris Peck travaillent ensemble depuis des années. Ils ont ainsi appris à intégrer dans leur collaboration les réalités contemporaines de l’absence et de la médiation technologique, ouvrant des espaces à l’interprétation et suscitant de nouvelles stratégies pour la composition musicale. En usant de diverses méthodes d’écriture musicale, tant neuves qu’anciennes, et créant de nouveaux matériaux avec d’autres collaborateurs, ils cherchent à partager et appliquer cette manière ludique de produire du sens aux diverses interrelations entre auteur de chanson, musicien, compositeur, chorégraphe, performeur et public. Meyoucycle a ainsi été créée et est interprétée par l’ensemble de musique contemporaine Ictus, ainsi que les performeurs/chanteurs/danseurs Eleanor Bauer, Inga Hákonardóttir, Tarek Halaby et Gaël Santisteva ; l’œuvre s’est également enrichie des contributions d’auteurs et compositeurs invités, tels Gérald Kurdian, Arjan Miranda et Ryan Seaton. Meyoucycle est ainsi un tissu poreux aux apports de multiples auteurs et qui engendre une expérience qui est bien plus que la somme de ses parties.

Bauer et Peck s’intéressent particulièrement à l’écriture et à la composition de chansons car ils apprécient la tension existante entre la nature dénotative du verbe (ici, les paroles) et les qualités connotatives de la danse, de la musique et du chant : mise en scène et « performée », cette tension produit du sens de façon affective, visuelle, kinétique, ou par la texture ainsi générée. En concevant la « chanson », par opposition à d’autres types de composition musicale, comme une pièce relativement courte et autonome souvent écrite pour communiquer un sentiment, une idée, un programme d’idées particulier, Meyoucycle met en exergue la dimension directe de ce genre de communication ainsi que le lien qu’elle entretient avec les sentiments et intuitions, permettant d’exprimer tant des messages explicites qu’implicites, tant évidents que subvertis.

Avec Meyoucycle, Eleanor Bauer continue de chercher, via un processus partagé, comment ouvrir un espace aux vérités innommables, indomptables qui résonnent dans les flux souterrains, reliant l’absolument personnel à l’expérience commune universelle. La palette subjective, et néanmoins partagée, de savoir empirique que constitue l’émotion (et comment elle se communique) est une des pierres de touche du processus de création de Meyoucycle.

Ces personnages posent une réflexion sur les sujets et communautés tant sociaux que culturels engendrés par les outils et techniques futurs. Par les diverses façons dont ils produisent ensemble du sens, les personnages mettent en lumière les conflits et paradoxes inhérents au partage et à la surveillance, à la connexion et à l’atomisation, à l’appartenance à un réseau et au narcissisme, et où la communication, notre faculté essentielle, est constamment exposée à l’expropriation et à la manipulation. En posant la question de ce que nous partageons et comment nous le partageons, Meyoucycle s’interroge sur la possibilité d’éviter un fait apparemment inévitable : l’exploitation de nos vies publiques et privées de nos capacités personnelles et psychiques. Peut-être en modifiant les câblages, en plongeant dans les ténèbres, en valsant avec notre époque turbulente ?

Back to top

Eleanor Bauer (1983) est performeuse et créatrice de spectacles. Elle vit et travaille à Bruxelles. Son œuvre se situe à la croisée de la chorégraphie, de la danse, de l’écriture, de la musique et de l’art de la performance. Ses pièces varient en matière d’échelle et de médias, en vue de remettre en question les catégories, les méthodes de production et les modes de penser du spectacle. Originaire de Santa Fe au Nouveau-Mexique, elle a étudié la danse, la chorégraphie et la performance à la Tisch School of the Arts (New York University – BFA, Dance) et à P.A.R.T.S., à Bruxelles. De 2013 à 2016, Eleanor Bauer était artiste en résidence au Kaaitheater. Ses œuvres protéiformes telles que ELEANOR!, At Large, The Heather Lang Show by Eleanor Bauer and Vice Versa, (BIG GIRLS DO BIG THINGS), A Dance for the Newest Age (the triangle piece), Tentative Assembly (the tent piece), Midday & Eternity (the time piece) et BAUER HOUR ont effectué des tournées internationales et ont suscité l’enthousiasme des critiques. Outre ses propres créations, Eleanor Bauer a travaillé avec Xavier Le Roy, Anne Teresa de Keersmaeker/Rosas, Boris Charmatz, Emily Roysdon, Matthew Barney, Mette Ingvartsen, David Zambrano, Trisha Brown, Ictus, The Knife, et d’autres. Elle enseigne aussi régulièrement, assure le rôle de mentor et écrit sur la danse et la performance.

Chris Peck (1980) est un compositeur, musicien électronique et improvisateur. Il collabore souvent avec des artistes actifs dans le domaine de la danse et du théâtre contemporain, dont Deke Weaver, Jennifer Allen, Beth Gill, John Jasperse, RoseAnne Spradlin et David Dorfman. La première de MASS, sa collaboration avec la chorégraphe Milka Djordjevich pour des danseuses chantant sur de la musique électronique, a eu lieu à The Kitchen (New York) en mai 2015. Peck se produit comme improvisateur avec Jon Moniaci et Stephen Rush sous le nom Crystal Mooncone. Actuellement, le trio achève son cinquième album utilisant du matériau enregistré lors de performances au CCRMA (Stanford) et à la Klowden Mann Gallery (Los Angeles) en 2014. En mai 2015, il a obtenu un doctorat en Composition et Technologies informatiques à l’Université de Virginie. Il enseigne à l’Université de Californie, à Merced.

Ictus est un ensemble bruxellois de musique contemporaine, subventionné par la Communauté flamande. Né dans le sillage d’un spectacle de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, l’ensemble a élu domicile en 1994 dans les locaux de sa compagnie de danse, Rosas, dont il accompagne régulièrement les productions. Ictus est un collectif fixe d’une vingtaine de musiciens cooptés. Un ingénieur du son est membre régulier de l’ensemble au même titre que les instrumentistes – signe d’une mutation irréversible des ensembles vers le statut mixte d’orchestre électrique. L’ensemble se penche aussi sur les formules des concerts et les dispositifs d’écoute : concerts très courts ou très longs, programmes tenus secrets (les Blind Dates à Gand), concerts commentés, festivals de concerts où le public circule entre les podiums (les concerts Liquid Room). Chaque année, Ictus élabore une saison, en partenariat avec Bozar et le Kaaitheater, en vue de régaler les spectateurs. La composition de ces saisons permet d’expérimenter de nouveaux programmes face à un public qui s’intéresse à la culture au sens large sans être spécialisé, amateur de théâtre, de danse et de musique. Depuis 2004, l’ensemble est également en résidence à l’Opéra de Lille. Outre un travail de fond avec l’Opéra, l’ensemble présente chaque année ou presque une production scénique. Les aficionados se souviennent certainement du fameux Avis de Tempête de Georges Aperghis en 2004, ou de La Métamorphose de Michaël Levinas, en 2011. En partenariat avec l’école des beaux-arts de Gand, Ictus a également lancé un cycle d’études : un Master spécialisé dédié à l’interprétation de la musique contemporaine. L’ensemble a par ailleurs enregistré une vingtaine de disques, sous le label Cyprès. Ictus s’est produit dans la plupart des grandes salles et festivals majeurs (Musica Strasbourg, Witten, Brooklyn Academy of Music, le Festival d’Automne à Paris, Ars Musica, Royaumont, Milano Musica, Wien Modern etc.).

Back to top