Madame Plaza

Halles de Schaerbeek

22, 23, 24/05 – 20:30
1h

Madame Plaza, c’est le nom du plus vieux cabaret de Marrakech. Au travers de chants envoûtants, fado ou blues marocain, la chorégraphe Bouchra Ouizguen rend hommage aux « Aïtas » qui y officient depuis plus d’un siècle. Ces maîtresses d’un art musical, poétique et populaire, qui traduit plaisirs et douleurs des êtres, sont souvent comparées aux geishas japonaises : admirées pour leurs voix puissantes et leurs mouvements sensuels, elles sont pourtant ostracisées par leur famille et la société. Réunissant autour d’elle trois Aïtas, Ouizguen nous propose un spectacle qui confronte différentes visions de l’art. Selon elle, ces performeuses incarnent une approche féminine de la création artistique, ainsi qu’une vie de liberté, mais aussi d’invisibilité. Évoluant en lenteur dans l’intimité d’un espace clos, les interprètes chantent avec tout leur corps. Laissant affleurer une sensorialité intime, un éclairage subtil et des mouvements minimalistes confèrent une présence physique intense à ces femmes dépositaires d’un riche passé. Avec autant d’intelligence que de sensibilité, Ouizguen pose un regard contemporain sur une tradition en voie de disparition.

Chorégraphie
Bouchra Ouizguen

Danseuses/chanteuses
Kabboura Aït Ben Hmad, Fatima El Hanna, Bouchra Ouizguen, Naïma Sahmoud

Musique
Ahat de Youssef El Mejjad, Akegarasu de Shin-Nai

Lumières
Yves Godin

Costumes
Nouredine Amir

Régie lumières
Thalie Lurault

Chargée de production
Fanny Virelizier

Présentation
Kunstenfestivaldesarts, Halles de Schaerbeek, Daarkom

Production
Compagnie Anania (Marrakech)

Coproduction
Fabbrica Europa (Firenze), Montpellier Danse 2009

Avec le soutien de
Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France a Rabat, Département Afrique et Caraibes en créations de Culturesfrance – Ministere des Affaires étrangeres, École Supérieure des Arts Visuels de Marrakech, Institut français de Marrakech

Back to top

Ce que peuvent les corps

Qu’y a-t-il d’extraordinaire à ce qu’un corps soit allongé, se prélassant sur un sofa ? Rien. Qu’y a-t-il alors d’extraordinaire à ce que la tête semble tomber en arrière, comme attirée vers le sol ? Presque rien. Or, dans Madame Plaza, ces attitudes deviennent extraordi­naires. Car Madame Plaza procède d’un grand déplacement dans le temps et l’espace. Cela se condense dans un moment d’exception, d’une expérience, à vivre au présent, de pures pré­sences cristallisées dans une intensité suspen­due, entre danse et performance.

Trois Aïtas marocaines sont là, accompagnées par Bouchra Ouizguen, qui pourrait être leur fille : totalement différente, mais infiniment proche, à l’écoute. Ces Aïtas sont des artistes de cabaret. Des chanteuses en fait. Non des danseuses. Le « Madame Plaza » est une an­tique adresse nocturne qui existe encore, à Marrakech, où vit Bouchra Ouizguen. Celle-ci est chorégraphe. Contemporaine. Nourrie de formations et d’échanges avec la scène occi­dentale. Mais qui, jeune fille, pratiqua long­temps la danse orientale.

Là elle se fit un corps, dont elle voulut en­suite se défaire, pour atteindre à une expres­sion plus moderne. À présent, poursuivant dans cette même voie, Bouchra Ouizguen en vient, au contraire, à explorer cet autre corps qu’elle habita d’abord. Le sonder, l’apprécier, le mettre en jeu, le confronter. Un corps se construit. Un corps a une histoire. Un corps est pétri de culture. Il se conjugue d’intime et de collectif. Il n’a rien de stable. Il participe à une construction identitaire tout autant pro­blématique, faite d’échanges et d’évolutions.

C’est cela qui se pratique sur le plateau de Ma­dame Plaza : un art de la rencontre, de l’aller vers plutôt que du venir de quelque part, au goût d’inconnu plutôt que déjà su. Un chemi­nement vers l’autre y induit le déplacement de l’angle des regards, condition pour se défaire des catégories. Pendant de longues semaines, aux origines de ce qui ne se veut pas un « spec­tacle », les quatre artistes ne se consacrèrent pas tant à des répétitions qu’à prendre le temps d’abord de vivre ensemble, se découvrir, altérer leurs savoirs.

Les Aïtas sont autres. Mais contemporaines. Urbaines. Couche par couche, en attitudes, port de soi et mimiques, leurs corps monu­mentaux palpitent d’une histoire de femmes dont les chants savent électriser la sensualité de leur auditoire masculin, un instant fêtées en divas, mais l’instant d’après rejetées en qua­si prostituées. Le regard artistique de Bouchra Ouizguen aura été de déceler ce que ces corps ont à dire d’autre que ce qu’ils jouent habi­tuellement au cabaret, vivant cette fois par eux-mêmes plutôt que pour leur seule voix. Se permettant alors d’incroyables fantaisies, à se rouler par terre ou imiter les hommes. Madame Plaza révèle l’insoupçonné.

Le travail chorégraphique de Bouchra Ouizguen aura été de permettre cette ren­contre, l’orchestrer, en inventer l’espace-temps particulier, et alors donner à voir ce que peuvent ces corps. Confronté à tant et tant de déplacements, puisse un regard de spectateur occidental accueillir toute cette étrangeté de gestes. Et alors admettre, dans cet instant inouï, qu’à l’instar de tout autre, un corps de femme marocaine déborde de significations qui ne peuvent en aucun cas se clore dans la seule fixation obsessionnelle sur la question du port du voile. Alors se déplacer lui-même, pour plus d’accueils.

Gérard Mayen

Back to top

Née en 1980 à Ouarzazate, Bouchra Ouizguen a travaillé, après des études en France, comme soliste en danse orientale de 1995 à 2000 au Maroc. Elle a participé de 1998 à 2002 à de nombreux stages à Marrakech avec Bernardo Montet, Mathilde Monnier, etc. En 2002, elle a créé le solo Ana Ounta, dans le cadre du projet Prière de regarder sous la direction artistique de Mathilde Monnier. Interprète dans Fina ken’ti de Taoufiq Izeddiou, elle a établi avec lui et Saïd Ait El Moumen la compagnie ANANIA. En 2004, Bouchra Ouizguen a suivi la formation E.X.E.R.C.E. au Centre chorégraphique national de Montpellier, qu’elle a enchaîné avec le projet Bocal/Études de Boris Charmatz. Depuis décembre 2005, elle a co-organisé les 4 premières éditions des Rencontres chorégraphiques de Marrakech, et elle prépare maintenant la cinquième. Elle continue de participer à de nombreuses interventions et performances in situ à Marrakech. En 2007, elle a créé le duo Aïta avec Naïma Sahmoud dans le cadre de Meeting Points 5, présenté en tournée au Moyen Orient et en Europe. Elle était également interprète dans Matter, dernière création de Julie Nioche.

Back to top