H² - 2005

Halles de Schaerbeek

6. 7/05 > 20:30
8/05 > 18:00

The boys from Brazil are back! Bruno Beltrão, enfant prodige de la breakdance est aussi passionné de philosophie. Il a développé un langage singulier, à la fois populaire et érudit. Au-delà de toutes démonstrations virtuoses, les 16 danseurs du Grupo de Rua de Niteroi créent, avec le chorégraphe, un nouvel idiome où Usher et Michael Jackson dialoguent avec Nietzsche, Derrida et Noverre. Les corps parlent, hésitent, se désarticulent, rebondissent et chutent. Et le Hip Hop de devenir High Hop !

Chorégraphie et mise en scène:

Bruno Beltrão

Assistant à la mise en scène:

Gabriela Monnerat

Avec:

Bernardo Stumpf, Bruno Williams, Charles Felix, Dioze Ribeiro, Flavio Souza, Gilson Nascimento, Hugo Oliveira, Jos'e Dioleno Ribeiro, Kristiano Gonçalves, Kleberson Gonçalves, Leonardo Racco, Luis Carlos Gadelha, Luis Claudio Souza, Thiago Almeida

Producteur exécutif:

Mariana Beltrão

Décor:

Gualter Pupo

Conception lumière:

Renato Machado

Animation, vidéo:

Liana Brazil, Russ Rive

Projections:

Stefan Pfaffe, Marcelo Carvalho

Costumes:

Marcelo Pies

Musique:

Rimsky Korsakov (1844-1908), Nana Vasconcelos & the French group CQMD

Finances:

João Marcos Rego

Assistants production:

Danni Camilo, Ana Castro

Production:

Grupo de Rua de Niterói

Coproduction:

Springdance Festival (Utrecht), Hebbel am Ufer (Berlin), Tanzhaus nrw (Düsseldorf), Festival d'Automne à Paris / La Ferme du Buisson (Paris), Wiener Festwochen, Spectacles vivants-Centre Pompidou, KunstenFESTIVALdesArts.

Présentation:

Halles de Schaerbeek, KunstenFESTIVALdesArts

Back to top

Par son approche créative, personnelle et critique du hip hop et de la danse contemporaine, Bruno Beltrão s’est taillé ces dernières années une place de choix dans le monde de la danse, aussi bien au Brésil qu’à l’étranger. Alors que dans ces spectacles Do Popping ao Pop (2001), Eu e o meu coreógrafo no 63 (2001), Too legit to quit (2002) et Telesquat (2003), Bruno Beltrão utilisait la danse contemporaine pour se détacher des structures rigides du hip hop, dans H2 – 2005 il fait le mouvement inverse: il utilise la dynamique puissante propre au hip hop et à la streetdance pour nourrir et enrichir la danse contemporaine. Le hip hop, non pas comme idéologie, mais comme point de départ.

Dans ce nouveau spectacle, le chorégraphe Brésilien entraîne le monde viril et explosif du hip hop dans un processus de recherche et de création propre à la danse contemporaine, pour faire émerger une nouvelle forme de danse : adulte, hybride et d’une nouveauté surprenante. L’un des points de départ pour H2 – 2005, le premier spectacle de Bruno Beltrão pour un grand groupe, est sa recherche de dimensions spatiales, ce qui est la source même de la danse, pour ainsi briser la régularité des mouvements hip hop. En s’investissant dans un autre type de spatialité, Bruno arrive à conférer une autre qualité aux techniques habituelles du hip hop comme le Top Rock, le Popping et le Footwork.

Le résultat doit produire un plus grand impact, et démontre une fois de plus le talent avec lequel Bruno Beltrão arrive à rendre honneur au hip hop, tout en le questionnant. H2 – 2005 se construit sur la présence forte de 14 danseurs virtuoses qui ont été spécialement sélectionnés pour ce projet.

Une des contributions du Hip Hop est son vocabulaire typique et riche. Comme toute autre technique, ce genre a construit une série de champs gestuels préalablement codifiés. Il est devenu « académique » et a développé des stéréotypes.

Ce projet traite du processus et des résultats issus du croisement d’informations. Il veut mener, de différentes manières, cette complexité à une situation de crise en se heurtant directement au paradigme du Hip Hop.

Le Hip Hop croit dans la tension nerveuse, la gestuelle et la force physique de l’artiste. Au lieu de se baser uniquement sur ces facteurs constitutifs, le style vise à encourager une abstraction constante, pour que les gestes, la tension et la force puissent se raccrocher à l’intuitif et au travail de la pensée. Le résultat : des représentations de danse qui croient que le corps est le lieu où ces expressions se réalisent toujours de la façon la plus imprévisible.

Le Hip Hop – non pas comme une idéologie ou comme une règle. Le Hip Hop comme point de départ.

Bruno Beltrão

Back to top