Galeb

Théâtre la Balsamine

14, 15, 16/05 – 20:30
17/05 – 18:00
Croatian > NL / FR
1h 20min

Pouvons-nous distinguer le théâtre de la réalité, s’est demandé Anton Tchekhov en 1896, dans ce qui allait devenir l’une des pièces les plus jouées du répertoire dramatique mondial. Après plus d’un siècle, les incertitudes et désillusions des personnages de La Mouette n’ont pas perdu de leur actualité. Le metteur en scène croate Bobo Jelčić monte ce classique par excellence en le marquant de son style direct, doux-amer et terriblement communicatif. Dans un décor quotidien minimaliste, sa talentueuse compagnie revient à Tchekhov pour bousculer, avec profondeur mais non sans humour, nos idées sclérosées sur le théâtre : tout et tous dans la salle se voient entraînés dans le joyeux chaos du spectacle. Évoluant entre gaieté et inquiétude, les acteurs réinterprètent les fragments d’un monde dont personne ne semble se souvenir. Sommes-nous, comme les personnages de Tchekhov, aveuglés par les ambitions déçues et les désirs inassouvis ? Galeb est une tragicomédie intemporelle sur la vie et la scène. Un must pour les passionés de théâtre !

Une adaptation de
La mouette (1896) de Anton Tchekhov

Mise en scène
Bobo Jelčić

Avec
Ksenija Marinković, Sreten Mokrović, Krešimir Mikić, Jadranka Đokić, Goran Bogdan, Nataša Dorčić, Katarina Bistrović Darvaš, Pjer Meničanin

Costumes & scénographie
Bobo Jelčić

Lumières
Aleksandar Čavlek

Création sonore
Kruno Miljan

Régisseur général
Milica Kostanić

Présentation
Kunstenfestivaldesarts, Théâtre la Balsamine

Production
Zagreb Youth Theatre (Zagreb)

Back to top

La Mouette

Dans un lieu de rencontres culturelles, à une époque où l’existence se mesure au nombre d’échecs à l’aide de panneaux indicateurs et de méandres idéologiques, Tchekhov se révèle toujours notre contemporain – aujourd’hui comme au cours des cent dernières années. En soumettant son œuvre à une analyse déconstructive, ou en la lisant simplement à partir de la perspective d’un siècle entier de tentatives futiles de reconstruire tout ce qui peut s’appuyer sur la précision de la mémoire humaine, nous nous perdons avec lui dans la nécessité de déterminer la profondeur de notre malchance ou la souffrance humaine familière à des générations d’admirateurs de Tchekhov.

Les relations demeurent pareilles, l’incertitude est matière courante, les énigmes restent du même cote, le sentiment de confusion n’a pas changé. La quête amoureuse reste insatisfaite, la recherche artistique incomprise, le désir codifié et l’envie d’échapper tout aussi illusoire. On se retrouve à mi-chemin entre la joie (présence) et l’anxiété (absence), comme les protagonistes du drame quotidien de la perte, des collectionneurs réunissant des bribes d’un monde révolu que personne, même ceux qui le préconisent avec le plus de ferveur, ne semble capable de se remémorer.

Cette Mouette ne tente pas d’engager le dialogue avec Tchekhov ni avec notre époque, mais de transgresser les limites du théâtre, du moins les limites du théâtre du XXe siècle qui, en imitant la réalité, a exploré les possibilités de diverses (ré)interprétations scéniques. Il s’agit d’une forme ouverte dans laquelle la vie peut s’inscrire au même titre que la littérature et où il n’y a pas de grande différence entre la position du personnage dramatique, du spectateur ou de l’acteur. La forme est simultanée et segmentée, et en tant que telle, elle transcende les interprétations à sens unique et invite à introduire les propres expériences vécues dans les destins littéraires de Sémion Sémionovitch Medvedenko ou de Piotr Nikolaïevitch Sorine, par exemple. Ainsi, dans ce jeu à double signification, personne d’entre nous n’est plus misérable, ni moins, qu’Arkadina, son fils Treplev ou Nina Nikolaïevna.

Le théâtre que prône Boris Alexeïevitch Trigorine est celui dont nous sommes toujours en quête à ce jour, avec la conviction de l’atteindre un jour. L’époque troublée que nous vivons au début de ce nouveau siècle appelle à la disparition de formes anciennes (y compris celles du théâtre) et à repenser le spectacle, afin de répondre à notre besoin de nouveauté, ou tout au moins de différence. Et à mesure que nous tentons de retrouver notre place dans le monde, nous essayons aussi de redéfinir la place du théâtre. Bien que nous paraissions tout aussi impuissants dans les deux cas, chaque tentative nous rend un peu plus ouverts à l’innovation, en l’occurrence a ce qui effacera la frontière entre la scène et le public, ou la rendra toutefois invisible. D’une part, il y a une comédie, trois rôles féminins, six rôles masculins, quatre actes, un paysage (une vue sur le lac), beaucoup de conversations littéraires, peu d’action, et cinq tonnes d’amour. D’autre part, il y a nos pertes quotidiennes traduites en dialogues et phrases célèbres.

Dubravka Vrgoč

Back to top

Bobo Jelčic est né à Mostar en 1964. Il a achevé ses études de mise en scène à la Zagreb Academy of Dramatic Arts en 1990. Il a mis en scene, Délire a deux d’Eugene Ionesco au Theatre TD à Zagreb, Die Fremdenführerin de Botho Strauss, Die Garagen de Jakob Arjouni, et Le Mariage de Nicolas Gogol au théâtre Gavella à Zagreb, Woyzeck au Croatian National Theatre à Varaždin, Tena au Théâtre de Mostar, On the Other Side, The Store Window (avec Nataša Rajković) et La Mouette de Tchekhovau Zagreb Youth Theatre.

Au cours des huit dernières années, pendant lesquelles Dubravka Vrgoč a assuré la direction générale et artistique du Zagreb Youth Theatre, la compagnie a fait preuve d’une réelle orientation européenne. Avec ses multiples spectacles couronnes de succès dans de prestigieux festivals et théâtres européens, la compagnie a mis le théâtre croate sur la carte du monde culturel. La conception artistique et le répertoire de la compagnie, son exploration de formes innovantes, son sens de la démocratie, sa promotion et son anticipation de tendances nouvelles, son style de jeu, et par-dessus tout son traitement courageux et intrépide de questions contemporaines qui nous concernent tous en font l’une des compagnies les plus ambitieuses et fascinantes de cette partie de l’Europe. Le Zagreb Youth Theatre est un lieu d’exploration théâtrale destiné à tous les âges qui occupe aujourd’hui une place prééminente dans le théâtre européen.

Back to top