Cabaret Crusades: The Path to Cairo

Maison des Cultures / Huis van Culturen

11, 12/05 – 20:00
Arab > NL / FR
45min

Cabaret Crusades est un cycle de films d’animation dans lesquels l’Égyptien Wael Shawky réexamine l’histoire des croisades. Les bouleversements politiques en Égypte ont empêché Shawky d’achever à temps le second volet de son cycle, dont la première était prévue pour l’édition précédente du festival. Cette première tant attendue aura lieu cette année finalement. S’inspirant de l’ouvrage d’Amin Maalouf, Les Croisades vues par les Arabes Shawky questionne les motivations socio-économiques de ces «guerres saintes» qui ont irrémédiablement marqué le monde arabe et ses relations avec l’Occident. Chrétiens, musulmans, rois, califes, papes, martyrs et saints : tous des marionnettes et aucun d’eux ne sait qui tire les ficelles… Petit théâtre filmé dont l’atmosphère surréelle mêle le drame au lyrisme, Cabaret Crusades: The Path to Cairo nous invite à naviguer dans les méandres de la vérité, du mythe et du cliché. Une leçon d’histoire, aussi sensible que pénétrante.

Un film de
Wael Shawky

Coordination réalisation marionnettes
Dominique Vial, avec Cyrille Despointes, André Maurin, Sourski, Pierre Architta

Technique marionnettes
Irene Lentini

Coordination scénographie
Pierre Architta

Coordination costumes
Marion Poey

Direction de la production
Jacques Sapiega / Gaëlle Rodeville

Logistique & médiation
Dominique Vial, Camille Curioni

Œuvre réalisée dans le cadre
des Ateliers de l’EuroMéditerranée – Marseille-Provence 2013 au sein de l’ADEF – École de Céramique de Provence & au SATIS/ASTRAM Lab – Faculté des Sciences Aix-Marseille Université

Production déléguée
ALCIME - Festival International du Film d’Aubagne

Présentation
Kunstenfestivaldesarts, Het Huis van Culturen en Sociale Samenhang van Sint-Jans-Molenbeek/La Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale à Molenbeek-Saint-Jean

Créé à
ADEF & SATIS ASTRAM Lab dans le cadre de Les Ateliers de l’EuroMéditerranée (Marseille Provence 2013)

Coproduction
Kunstenfestivaldesarts, Marseille Provence 2013 – Capitale Européenne de la Culture, Communauté du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, SATIS/ASTRAM Lab – Faculté des Sciences Aix-Marseille Université & Wael Shawky

En partenariat avec
l’ADEF – École de Céramique de Provence, Filière Argile du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, les Ateliers Thérèse Neveu, l’Institut International de la Marionnette de Charleville- Mézières, la Régie Culturelle Régionale PACA, les ateliers publics de l’École Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée, Holding Textile Hermès, Hermès Sellier & Emmaüs France

Back to top

Cabaret Crusades : une histoire au pays des Santons

Comment susciter des rencontres fructueuses entre les artistes et les acteurs sociaux ? Comment impliquer pleinement les citoyens dans un projet culturel ?

Les conditions de réalisation du film de Wael Shawky témoignent d’une expérience menée actuellement en France à l’occasion de la préparation de Marseille-Provence 2013, prochaine capitale européenne de la Culture.

Cabaret Crusades : The Path to Cairo est une création artistique qui a rassemblé plus de deux cents personnes, la plupart bénévoles : santonniers et céramistes professionnels du pays d’Aubagne et de l’Étoile dans le sud de la France, étudiants en céramique, en cinéma, en audiovisuel, stagiaires et techniciens ont uni leurs savoir-faire et leur enthousiasme pour contribuer à la réussite d’une œuvre commune. Cette aventure singulière et bouleversante pour les participants s’inscrit dans le cadre du programme des Ateliers de l’EuroMéditerranée initié par l’association Marseille-Provence 2013. Les Ateliers de l’EuroMéditerranée offrent à des artistes des résidences de création dans des lieux qui ne sont pas dévolus à la création artistique. À travers ce programme, plus de cinquante équipes artistiques sont impliquées depuis 2008, dans tous les champs artistiques, et contribuent à créer des passerelles entre les acteurs culturels et les acteurs sociaux.

La genèse du projet

Lorsque nous rencontrons Wael Shawky au mois de mars 2011, il semble avoir une idée assez précise de son projet : réaliser le second volet d’un film d’animation de marionnettes, dont le scénario se fonde sur l’ouvrage de l’auteur franco-libanais Amin Maalouf, Les Croisades vues par les Arabes, offrant au lecteur un regard inversé et nécessaire sur une période plutôt méconnue de notre histoire, lors de laquelle hommes et femmes de toute la chrétienté menés par des chevaliers en quête d’aventure et de gloire, s’étaient mis en tête de reconquérir la Terre Sainte, dès le 11ème siècle, suivant la consigne du pape « Dieu le veut ».

Le premier volet avait été réalisé à la Cittadellarte de Michelangelo Pistoletto. Ce grand artiste de l’Arte povera a entièrement réhabilité une ancienne manufacture textile du 18ème siècle à Biella dans le Nord de l’Italie. C’est un espace de travail hors norme avec des qui donne, qui permet aux artistes de travailler dans des conditions optimales de recherche et de création, dans le cadre d’échanges innovants avec les entreprises de la région. Wael Shawky avait retrouvé dans cet espace visionnaire une centaine de marionnettes vieilles de 150 ans, les avait costumées, manipulées, avait réalisé dans le même temps plusieurs décors, et avait achevé son travail par le tournage du film.

Le deuxième volet devait être réalisé durant le premier trimestre 2011 en Égypte et présenté au Kunstenfestivaldesarts de 2011. L’éveil du printemps arabe en a décidé autrement. Les bouleversements populaires et politiques ont contraint Wael Shawky à renoncer à ce travail. Sa déception était palpable et presque coupable : un projet artistique face à une révolution, cela ne faisait pas le poids ! Malgré l’existence de MASS, le lieu de production et de formation créé par Wael Shawky à Alexandrie, les temps étaient à la rébellion et à la conquête de la liberté, exit donc le deuxième volet.

Le processus

Le challenge consistait donc à organiser autour de Wael Shawky le cadre idéal pour mener à bien ce projet – qui devrait se poursuivre avec deux autres volets – dans des délais très courts : une année tout juste pour monter une production dans laquelle tout restait à construire – marionnettes, scénario, scénographie, tournage… – et présenter le film lors de l’édition 2012 du Kunstenfestivaldesarts.

Le projet de Marseille-Provence 2013 s’étend sur un territoire vaste de 4 600 km2 et associe 75 communes autour de Marseille. Parmi elles, la Ville d’Aubagne et plus largement le Pays d’Aubagne et de l’Étoile abritent un savoir-faire artisanal local hérité de la période arabe : la céramique en argile. De ce savoir-faire est née la fabrication du santon, personnage de quelques centimètres représentant dans la tradition chrétienne les personnages folkloriques et bibliques des crèches exposées à Noël dans les familles et les églises.

Nous convenons qu’il est nécessaire que la création démarre au mois d’octobre 2011. Il ne nous reste que quelques mois, entre avril et juillet 2011, pour rassembler les différents partenaires autour du projet. L’ADEF-École de la céramique d’Aubagne-Provence est approchée pour la réalisation des prototypes des différents personnages. Nous rencontrons ensuite les représentants des artisans de la filière céramique (santonniers et céramistes) à Aubagne, très touchée par la crise économique. Déjà débordés par leur travail quotidien difficile (la plupart de ces artisans travaillent 10 à 15h par jour, seuls dans leur atelier), certains professionnels se voient mal dégager du temps pour accompagner le travail d’un artiste. Plusieurs réunions, discussions et un soutien sans faille de quelques santonniers et céramistes convaincus, des élus, des coordinateurs des projets de MP2013 en Pays d’Aubagne et de l’Étoile nous permettent d’avancer. Grâce au soutien de l’Institut de la marionnette de Charleville-Mézières, une expertise dans l’art de la fabrication et de la manipulation des marionnettes est apportée. La scénographie est elle aussi réalisée localement en collaboration avec l’Atelier libre de l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée : plusieurs décors composés de maisons de poupées aux motifs persans, de scènes de bataille, de marchés en arrière-plan.

Par miracle, il existe aussi à Aubagne le SATIS, un département de formation audiovisuelle de l’Université de Provence. Une cinquantaine d’étudiants du SATIS sont mobilisés autour de ce projet et de ses différentes étapes : découpage, tournage, montage, post-production et sur-titrage. Après trois mois de réalisation des 110 marionnettes en céramique et des 120 personnages en santons, deux mois de création de centaines de costumes, le tournage commence enfin au mois de février pour une durée de trois semaines. La chapelle des Pénitents noirs devient le lieu du tournage et les Ateliers Thérèse Neveu le camp de base d’une équipe composée au bout du chemin de plus de 200 participants.

Santons de crèche chrétienne. Chapelle. Traditions. Savoir-faire artisanaux. Croisades. Terre Sainte. Des symboles puissants présents tout au long du processus de création. La création Cabaret Crusades : The Path to Cairo concentra merveilleusement inversions du regard, aller-retour entre passé et présent communs, pensées obliques et croisement des cultures.

Une cristallisation s’est produite autour du projet de Wael Shawky. Dépassant les tensions, les incompréhensions, les différences. Une cristallisation autour du désir de cette rencontre inouïe et fortuite, autour du désir de dépasser ses propres craintes et ses connaissances, dans la conviction de participer à une aventure hors du commun, en toute simplicité.

Sandrina Martins
Mars 2012

Back to top

Wael Shawky (°1971) est un vidéaste et réalisateur égyptien. Il vit et travaille à Alexandrie. Shawky a étudié les arts plastiques à l’Université d’Alexandrie et de Pennsylvanie. Son œuvre se compose d’animations numériques, de courts-métrages et d’œuvres plastiques. Shawky a participé à plusieurs expositions de groupes et individuelles, dont la Biennale de Venise (2003), Art Dubaï (2009) et Theater der Welt (2010). Son œuvre a obtenu de nombreux prix et intégré des collections importantes, entre autres, celle de la Tate Modern (Londres). Son film d’animation, Al Aqsa Park (2006) analyse les interactions complexes entre la politique et la religion, le fondamentalisme et le capitalisme, les rites religieux et l’influence des médias. En 2010, Wael Shawky était l’hôte du centre d’art Cittadellarte où il a présenté son exposition individuelle Contemporary Myths et The Horror Show File, le premier volet de son cycle de films Cabaret Crusades.

Back to top