Bangkok, Bangkok

De Markten

7/05 Opening > 18:00
8 – 27/05, Tuesday through Sunday > 12:00 – 18:00
Shadow Show by Vassan Sittihket : 7/05 > 18:00, 8/05 > 13:00 & 15:00 & 17:00

Bangkok, Bangkok est une exposition qui dessine les contours d’une ville incomplète et imparfaite. La métropole asiatique est connue comme porte d’accès ou zone de transit vers l’Asie du Sud-Est. Mais Bangkok est rarement la destination finale des voyageurs…

Huit artistes thaï réunis à Bruxelles utilisent le cinéma, la photographie et la vidéo pour évoquer en direct ou en ligne le déclin et la renaissance de cette ville internationale, avec humour et sarcasme. Chaque artiste donne sa vision personnelle des nombreux changements qui ont mutilé Bangkok, mais célèbre en même temps son charme chaotique.

Pendant le week-end d’ouverture, Vassan Sittihket créera la surprise avec son théâtre d’ombres chinoises.

Curateur :

Gridthiya Gaweewong, Project 304, Bangkok

Artistes :

Manit Sriwanichpoom, Jibby Yunibandhu, Wit Pimkanchanapong, Prapon Kumjim, Kornkrit Jianpinidnan, Thasnai Sethaseree, Vassan Sittihket, Kamol Phaosavasdi

Organisation :

Project 304 and AARA (Bangkok), in collaboration with La Capella (Barcelona)

Présentation :

De Markten, KunstenFESTIVALdesArts

Back to top

La Thaïlande a commencé à souffrir de troubles économiques dans les années 90. A cause de la crise économique, son paysage urbain a changé de manière drastique. Les fantômes urbains sont apparus et ont laissé des cicatrices indélébiles sur la ville. Une ville « autogérée » comme en rêvait William Lim, un architecte singapourien. Comme ville postmoderne, Bangkok séduit par sa désorganisation chaotique et par l’accès qu’elle offre aux visiteurs locaux et étrangers. Bien que rarement une destination en soi pour les voyageurs, Bangkok profite de son statut de porte d’accès et de zone de transit pour ceux qui veulent sillonner les pays du sud-est asiatique. La ville est incomplète, imparfaite. Tout ceux qui la connaissent ont une plainte à formuler, que ce soit sur le système d’égout, le métro aérien et l’autorité qui le gère.

Bangkok, Bangkok est une tentative par des artistes résidant à Bangkok, de présenter l'art contemporain de leur ville. Leur travail réfère précisément à cette ville, ses gens, leur style de vie et leur mentalité, à partir de différentes approches. En tant qu'habitants de cette ville et témoins de sa rapide croissance, effondrement et reprise, ces jeunes artistes présentent leur point de vue par rapport aux changements. Ils examinent la condition urbaine et les styles de vie dans la ville et ses environnements à travers la photographie, la vidéo et le film avec un style imprégné d'humour, satire et critique. Ils cherchent aussi la proximité et l'interaction avec les publics Bruxellois en collaborant avec les gens d’ici.

L’exposition est divisée en deux parties : le paysage urbain et le paysage culturel. Dans la partie sur le paysage urbain, les images de Bangkok de la crise économique jusqu’à nos jours sont représentées par les photographies Dream Interruptus de Manit Sriwanichpoom et par sa publication Bangkok in Black and White. Manit, qui a commencé sa carrière comme photographe de presse, s’est toujours intéressé aux problèmes sociaux et économiques au niveau national et international. Cette série, peu connue, est une de ses œuvres les plus importantes mais est souvent éclipsée par sa fameuse série de photos Pink Man. Par ailleurs, les vidéos de Vanchit Jibby Yunibandhu nous montrent des images de la ville de différents points de vue. About Bangkok that I think I know évoque son expérience personnelle de la ville et représente aussi une tentative de se resituer après les rapides changements de la dernière décennie. Contrastant avec le travail de Vanchit, dans If there is no corruption, Wit Pimkanchanapong crée un faux système métropolitain bangkokais, faisant ainsi la satire du système existant et de l’infrastructure des transports en commun de la mégapole, ainsi que de l’organisation et l’administration urbaines. Kamol Phaosavasi, par contre, explore la situation urbaine de Bangkok sous un autre angle. A partir d'une installation vidéo, Techno Temple, il juxtapose l'heure de pointe de Bangkok à des images d'atmosphère en temps réel de son exposition à Bangkok, Here and Now, et des mouvements récurrents de scripts inconnus. Dans son Techno Temple, Kamol associe la vidéo de trois images, transformant l’atmosphère chaotique de Bangkok en un temple.

Kornkrit Jianpinidnan, un jeune photographe de mode, présente une série de portraits de la jeune génération de Bangkok et d’expatriés dans leurs moments les plus intimes. Kornkrit leur a demandé de l’appeler quand ils étaient prêts à être photographiés. L’idée était de saisir le point de transition entre le public et le privé, selon le choix de chaque individu, et de souligner le sentiment d’aliénation. Prapon Kumjim travaille avec le public bruxellois pour compléter son projet qu’il a commencé à Bangkok. Prapon Kumjim est un photographe qui, par son expérience nomade, explore notre société centrée sur les médias et tente de brouiller la frontière entre l’art et le cinéma. Dans son projet d’interaction culturelle, il demande aux Bruxellois de prendre des photos de ses activités quotidiennes. Prapon les rephotographiera et les publiera sous la forme d’un story-board. Thasnai, par ailleurs, approche la communauté différemment. En tant qu’artiste prenant activement part à un projet de recherche social et anthropologique, son travail explore la mésinterprétation culturelle et ses particularités, créant ainsi un dialogue intéressant entre les différentes villes du monde et leur perception de la Thaïlande. Le projet à Bruxelles aborde l’idée de traduction culturelle et la perception de chaque nation/narration à partir d’un cadre multi-culturel.

Pour résumer les deux parties de l’exposition, Vasan Sittikhet, un artiste performeur socialement engagé, présente un spectacle de marionnettes parodiant la situation politique en Thaïlande. Ce projet est une métaphore intéressante qui permet au public de reconsidérer son image du pays des sourires.

Back to top